FinistèrePolitique et Syndicalisme

Le combat des retraités agricoles : l’équité des retraites pour tous

La section des anciens de la FDSEA du Finistère a rencontré, lundi 9 novembre, Jean-Luc Videlaine, préfet du Finistère, pour lui exposer ses revendications. Jean Tromeur, président, a précisé que la section des anciens exploitants réunissant 3 800 adhérents est une section dynamique, puisque tout au long de l’année elle s’anime entre revendications et moments de convivialité.
 Jean-Paul Bizien, vice-président et président de la section nationale des anciens exploitants (SNAE) au sein de la FNSEA a présenté, quant à lui, les acquis obtenus par les actions menées depuis la pétition nationale de 2011, signée par plus de 100 000 personnes :

  • Les retraites seront portées en 2017 à 75 % du Smic pour une retraite complète, soit 73% en 2015 (821 €/mois).
  • Les points gratuits de la retraite complémentaire obligatoire (RCO) sont attribués aux conjoints et aides familiaux déjà retraités.
  • Les critères d’accès aux revalorisations ont été assouplis et les points gratuits de la RCO sont à présent reversés au conjoint survivant de personne décédée en activité.
  • Les critères d’accès des droits combinés ont été étendus.

Yves
Keruzec, secrétaire général, et Marie-Thérèse Le Gall, trésorière de la section des anciens de la FDSEA du Finistère ont fait part de leurs revendications. Ils demandent au préfet :

  • Que 75 % du Smic soit effectif pour les retraites liquidées et 85 % du Smic pour les futures retraites.
  • Que la retraite soit calculée sur les 25 meilleures années de revenus.
  • Que les règles du minimum de retraite agricole soient harmonisées sur le minimum de 
retraite du régime général (minimum contributif).
  • Que le plafond du revenu fiscal de référence qui sert de base de calcul pour l’imposition 
soit relevé de 2000 €.
  • À quoi est destiné le prélèvement de la contribution additionnelle de solidarité pour 
l’autonomie.
  • Que les retraités agricoles soient représentés au Conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie.
  • Que les anciens exploitants puissent passer l’examen Certiphyto afin de pouvoir exploiter leur parcelle de subsistance.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer