Machinisme et équipements

Le filet brise-vent, la bonne parade contre les oiseaux

En 3 ans, 3 filets brise-vent ont été installés au Gaec de Keroumel à Milizac (29). A l’origine, c’est pour protéger les bâtiments des étourneaux que les éleveurs ont opté pour ces systèmes d’ouverture. Mais ceux-ci présentent bien d’autres avantages au quotidien.

« Toutes les céréales et tout le maïs que nous produisons sont consommés sur place. Nous avons donc un stockage de matières premières important », explique Ronan Lamour, un des trois associés du Gaec Keroumel. Pendant un certain temps, le principal problème des éleveurs a été l’invasion d’étourneaux, de choucas et même de tourterelles à proximité de ces stocks. Or les fientes salissent les abords et sont potentiellement source de problème d’hygiène. « Éffaroucheur, pétard…nous avons essayé de les mettre en fuite, mais sans succès. C’est à ce moment que nous avons décidé de fermer le local contenant les redlers avec un filet brise-vent ».

Gaec de Keroumel

  • Hubert, André et Ronan Lamour
  • 3 associés + 1 salarié
  • 650 000 L de quota
  • 300 truies, naisseur-engraisseur
  • 150 ha de SAU dont 60 ha de maïs, 46 ha de céréales, 44 ha en prairies

Gain de temps

Il faut dire que le Gaec expérimente déjà le filet brise-vent depuis 2011, sur l’entrée de son bâtiment bovin qui dessert les tables d’alimentation des vaches et des génisses. Avec une ouverture journalière, l’ancienne porte manuelle vieillissait et devait être changée. « Il y avait un jour de 5 centimètres en bas, suffisant pour laisser passer les oiseaux. Tant qu’à changer, nous voulions éviter ce phénomène ».

Pierre Leroy, technicien Cultivert à Landerneau (29), leur conseille un filet brise-vent Celloporte Winch pour laisser passer la lumière. Le système s’enroule en hauteur ce qui n’est pas sans avantage. Il permet un gain de place et surtout de conserver toute la hauteur ajourée, idéal pour le passage de tracteur. « Ce type de filet est adapté pour des ouvertures fréquentes. Il s’adapte à des ouvertures allant jusqu’à 5,5 m en hauteur et 6 m en longueur », précise Pierre Leroy. L’ouverture télécommandée de la porte est devenue indispensable : « Plus besoin de sortir du tracteur pour l’ouvrir, c’est un véritable gain de temps ! Quand nous vidons le fumier, ce qui est régulier en hiver, et que nous sentons trop d’ammoniac, il y a juste besoin de faire un appel d’air pour l’évacuer. Si nous avions une seconde porte à refaire, nous opterions sans hésitation pour le même système ». Pour l’agriculteur, l’entrée de lumière est également très appréciable. De plus, depuis l’installation du filet brise-vent, il n’y a plus d’étourneau dans le bâtiment. C’est ce qui a décidé les éleveurs à investir pour fermer leur stockage de céréales.

Contacts Cultivert

  • Landerneau : Pierre Leroy, 02 98 83 09 02
  • Carhaix : Jacques Cosmao, 02 98 93 72 00
  • Quimper : Jacques Cosmao, 02 98 98 49 17
  • Quimperlé : F. Bernard et A. Bily, 02 98 96 19 48
  • Lamballe : Patrick Briens, 02 96 50 01 38
  • Guingamp : Julien Amiry, 02 56 14 11 10
  • Mûr de Bretagne : Julien Amiry, 02 96 26 39 49
  • Pontivy : A. Bily et F. Bernard, 02 97 25 38 07
  • Combourg : Gurvan Talvas, 02 99 73 03 57

Protection des céréales

Pour isoler les redlers de l’extérieur et surtout des oiseaux, les éleveurs refusent l’installation de rails « Dans le temps, entre la farine et l’humidité, les risques de colmatage sont trop importants. Et puis, l’installation d’une porte pleine et rigide était difficilement envisageable par manque de place », résume l’éleveur. Le filet brise-vent devient la solution idéale pour fermer l’emplacement. Toujours sur les conseils de Pierre Leroy, le Gaec opte pour un Cellorouleur double enroulement. Ce filet brise-vent est tellement efficace que les oiseaux migrent… vers les silos. Qu’à cela ne tienne, le même système y est installé en 2014. « Depuis, on ne couvre plus le blé donc au final, nous gagnons du temps en manipulation de bâche. La remontée du filet est automatique. Donc très pratique ». Ronan Lamour est ravi de ses filets brise-vent : « En optant pour des systèmes Cultivert, nous avons choisi la tranquillité. Même pendant les tempêtes de 2014, il n’y a eu aucun problème ». Il reste un silo ouvert. Pour le moment, pas d’oiseaux en vue mais s’ils reviennent, les éleveurs ont une solution toute trouvée … Les étourneaux n’ont qu’à bien se tenir !

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer