Machinisme et équipementsProductions Agricoles

Des innovations étoffent les gammes chez Sulky

Le constructeur Sulky-Burel, basé à Chateaubourg (35), profite de ce début d’année pour présenter ses nouvelles gammes devant les agriculteurs de l’Ouest.

Cette semaine, plus de 1 200 agriculteurs de l’Ouest, ETA ou Cuma se sont rendus sur le récent site industriel de Sulky à Chateaubourg (35). Une occasion pour les professionnels de découvrir de nouveaux produits et les tendances du marché sur le secteur cible de la société Sulky-Burel, à savoir la préparation du sol, le semis et la fertilisation.

Place à l’ergonomie pour plus de confort

Le constructeur redonne un coup de jeune à un de ses grands classique : le semoir mécanique Tramline, solo et intégré. Présent sur le marché depuis 30 ans, ce dernier est destiné aux secteurs de polyculture-élevage. Le millésime 2014 voit ses courbes redessinées et son ergonomie améliorée. Un nouveau secteur gradué sur le variateur permet un réglage plus aisé des débits de semences. Les herses de recouvrement arrière bénéficient d’articulations renforcées et de nouvelles poignées de réglages de la pression pour plus de confort. La signalisation, plus intégrée, améliore aussi la sécurité sur la route.

Grandeur et polyvalence

La gamme de semoirs Xeos TF a, elle, été créée en 2011, pour répondre à une demande de combinés de semis de type porté, « grande largeur » et facile à déplacer. Elle  présente cette année 10 nouvelles variantes de rampes de semis, du soc jusqu’au chassis repliable « Cultidisc 80 kg ». Nouveauté, cette dernière ligne de semis va dorénavant pouvoir s’intégrer sur les barres de semis repliables des trémies frontales. Équipé d’un disque crénelé et d’une rasette, cet élément semeur répond aux nouvelles demandes dans les techniques de semis en combiné : l’outil passe sur sols déchaumés superficiellement ou sur labour, même en conditions humides de fin de saison. L’offre varie de 3 à 6 mètres de large.

Miser sur la précision avec l’Isobus

La société s’est fortement engagée dans la norme Isobus. Elle a œuvré à la création d’un centre français d’appui technique Isobus, basé près de Rennes (35). « La demande augmente ; d’ici un à deux ans, ce langage électronique, permettant aux machines de communiquer entre elles, risque d’être incontournable », mentionne Julien Burel , président de l’entreprise. Anticipant cette tendance, l’équipement sera en série sur certaines gammes de distributeurs d’engrais dès l’été prochain.

Cap sur l’export

Sulky-Burel investit chaque année 5 % de son chiffre d’affaires – qui se chiffre à 48 M€ en 2013 – dans l’innovation. Pour les 6 derniers mois, les chiffres augmentent de 9 %, avec une baisse de volumes, signe de ventes de matériels de plus en plus grands. Ces dernières années, Sulky a tissé des partenariats industriels, une première étape avant de continuer à se développer à l’international, où 30 % du chiffre d’affaires est réalisé. Carole David

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer