MorbihanProductions Agricoles

Grand-Champ veut protéger son potentiel agricole

Urbanisme Le Plu de la commune sera révisé dans 2 à 3 ans. La municipalité prend les devants en réalisant un diagnostic dans chaque exploitation. Objectif : imaginer des aménagements qui préserveront les intérêts agricoles.

Plus de quatre mille hectares de SAU pour 75 exploitations agricoles. Grand-Champ est l’une des communes les plus agricoles du département. Elle dénombre également 6 500 habitants, à quelques encablures de Vannes. « A 20 minutes de la gare », précise Yves Bleuven, le maire de la commune. Autant dire qu’elle est encore appelée à se développer. La municipalité, qui veut faire cohabiter tout ce petit monde dans la plus grande harmonie, a décidé de réaliser un diagnostic agricole en amont de la révision du Plu. « C’est une obligation mais nous ne voulons pas d’un diagnostic bâclé au dernier moment. Nous voulons prendre le temps de la concertation. Le diagnostic foncier sera un outil d’aide à la décision pour l’urbanisation de la commune, pour l’évolution des axes routiers et notamment de la déviation Est-Ouest. Ces voies nouvelles pourraient emprunter les chemins ou les routes existantes pour consommer le moins de foncier possible ».

Une initiative appréciée des agriculteurs

La démarche séduit Laurent Kerlir, président de la Chambre d’agriculture. « Elle s’inscrit tout à fait dans l’esprit de la Charte de l’urbanisme que nous avons signée avec l’association des maires, le Conseil général et la préfecture. Elle peut nous permettre de préserver le foncier mais aussi les sièges d’exploitations et leurs périmètres sanitaires. C’est une démarche collective intelligente ». Les diagnostics pourraient aussi déboucher sur des échanges fonciers entre agriculteurs de Grand-Champ et des communes voisines. Yves Bleuven évoque la possibilité de concevoir, à terme, avec les agriculteurs, un « kit » de sécurité routière. « Définir ensemble quels sont les aménagements les plus adaptés, ralentisseurs, chicanes….pour assurer la sécurité des personnes sans pénaliser la circulation du matériel agricole ». Dans l’immédiat, une réunion publique permettra aux agriculteurs de prendre connaissance du projet (le 20 mai). Ensuite, les techniciens de la Chambre recueilleront toutes les données concernant les fermes : utilisation du foncier, identification des logements de fonction, projets et préoccupations des agriculteurs à moyen terme…. « Les diagnostics devront déboucher sur des propositions d’aménagement qui rendront service aux agriculteurs ». La méthode, si elle s’avère bénéfique, pourrait séduire d’autres communes confrontées à la même problématique. Bernard Laurent

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer