MorbihanProductions Agricoles

Passer l’été à l’herbe en zone séchante

À Saint-Malo-des-Trois-Fontaines (56), après une croissance de l’herbe ralentie par les chaleurs de juillet, la pousse reprend grâce aux pluies de début août.

Sur 64 ha groupés, Jean-François Orain fait pâturer toute l’année. Les terres schisteuses sont très portantes, même si, selon la pente, certaines parcelles sont très humides, d’autres très séchantes. « Il faut apprendre à gérer cela, ce n’est pas toujours facile ».

Gérer l’herbe s’apprend

L’éleveur a entamé sa conversion en agriculture biologique en 2009, en même temps qu’il a décidé d’augmenter la part d’herbe dans la ration. « Au départ, j’avais peu de repères sur la gestion de l’herbe et j’avais du mal à imaginer que je pouvais me passer de maïs. » L’aide du groupe d’échanges du Civam a été importante pour lui apprendre à mieux gérer l’herbe déjà présente sur la ferme avant même de commencer à implanter plus de prairies.

Aujourd’hui, 14 ha de foin (3,2 t/ha) et 15 ha d’ensilage (4,1 t MS/ha) ont été faits : les 3 mois de stock nécessaires pour l’hiver sont assurés. « Je prévois de faucher encore 3 ha car le trèfle violet est bien avancé : si elles le pâturent, elles risquent de le gaspiller » alors qu’en foin, il sera peut-être bienvenu si le temps redevient sec et qu’il faut piocher dans les stocks. Jean-François Orain fane à la rosée pour éviter l’effeuillage des trèfles. « Quand le trèfle ne colle plus aux roues du tracteur, il est temps d’arrêter. »

Pas de recours aux stocks avant mi-septembre

En ce moment, les 50 vaches restent 1 à 1,5 jour par paddock d’1 ha. En juillet, le pâturage sans apport de complément a été possible grâce au stock sur pied. Avec l’arrivée de la chaleur, la production a chuté autour de 16 L/VL : l’herbe est de moins bonne qualité qu’au printemps et la chaleur a freiné la production.

Avant les pluies, Jean-François a envisagé de distribuer de l’enrubannage pour compléter, ce ne sera finalement pas nécessaire. Sur les 15 ha ensilés fin mai, 2 ha ont déjà été réintégrés au pâturage, 3 ha vont être fauchés à nouveau et le reste sera réintégré dans le circuit de pâturage au cours du mois d’août. « Pour l’instant, j’ai 44 jours d’avance en herbe. Je ne devrais pas rouvrir les stocks avant mi-septembre. »

La surface en herbe importante permet de laisser aux pâtures le temps de repousser, même avec un nombre d’animaux important. Néanmoins Jean-François est attentif à bien ajuster son chargement : « 1,2 UGB/ha me paraît être le maximum en tout herbe dans mon secteur pédoclimatique, d’habitude je suis autour de 1,1 ».

Pâture à refaire

Jean-François va refaire une pâture qui a souffert cet hiver et ressemer 3 ha de prairies après mélange céréales-légumineuses avec un mélange RGA (10 kg/ha), fétuque élevée (5 kg/ha), trèfle blanc (3 kg/ha), trèfle violet (7kg/ha). Son mélange triticale-avoine-pois, semé respectivement à 110, 50 et 20 kg/ha, a donné un rendement de 40 qx/ha à 12 % d’humidité. 20 t sont destinées à la vente, les 20 t restantes serviront à compléter l’alimentation des vaches.

Autre particularité : Jean-François utilise des chiens de troupeau depuis 1993. Au départ, la raison principale était de simplifier le travail pour déplacer les lots de génisses et de vaches d’une parcelle à l’autre. « Le chien remplace 4 à 5 personnes et les fils pour guider les vaches le long du parcours. C’est aussi très sécurisant et moins stressant ».
Contact Civam AD 56 : civamad56@civam-bretagne.org

Bien choisir son chien

Les principales races utilisées sont le Border Collie, le Beauceron et le Berger des Pyrénées. Au moment de l’achat, vérifier la lignée du chiot, en particulier les aptitudes des parents à la conduite de troupeau. (À défaut, choisir un chiot avec pedigree et inscrit au Livre des origines français.) Choisir un chiot sociable, équilibré, calme. Éviter ceux trop peureux ou trop agressifs. Pour trouver un éleveur, s’adresser aux associations d’utilisateurs de chiens de troupeau de votre département. Compter environ 350 € pour un chiot.
En élevage, mieux vaut avoir au moins 2 chiens opérationnels pour pallier les éventuels problèmes d’un des chiens. S’il est possible d’acheter un chien déjà dressé, la formation complète de l’éleveur reste de toute façon indispensable pour savoir diriger le chien. En Bretagne, des formations sont proposées dans chaque département, soit par la Chambre d’agriculture, soit par l’association d’utilisateurs de chiens de troupeaux.
Contact : Fédération française d’utilisateurs de chiens de troupeaux : www.fuct.fr

L’avis de…

Marcel Tuaux, Montours (35), zone humide : Avec 107 mm tombés en juillet, les conditions sont favorables à la pousse de l’herbe. Je pense tenir mon objectif initial de fermer le silo jusqu’à fin août, c’est-à-dire pendant 5 mois. Les vaches produisent actuellement 16 L/j (41,8 TB, 34 TP). Les dernières parcelles de fauche viennent de rentrer dans le cycle de pâturage, je retrouve ainsi 60 ares accessibles par vache. Au niveau des stocks, j’ai réalisé 60 t MS (30 t MS de foin, 14 t MS d’enrubannage et 16 t MS d’ensilage). En plus d’avoir du rendement cette année, les fourrages récoltés sont de qualité. Ajoutée la semaine prochaine, une 3e coupe sur une prairie de fauche (RGH-TV), j’aurai environ 1,2 t MS d’herbe stockée/ UGB.
Contact Adage 35 : 02 99 77 09 56

Jérôme Oizel, Le Fœil (22), zone humide : Je suis débordé d’herbe. J’attends la fenêtre météo pour faucher 9 ha en 2e coupe, sans doute en enrubannage car certaines parcelles sont très riches en trèfle et difficiles à sécher. De plus, les hangars sont pleins ! Le lot principal de vaches est au 3e tour de pâturage depuis le 10 juillet et probablement  jusqu’à début septembre. Je ne vais réintégrer que la moitié des parcelles fauchées dans le circuit de pâturage. Les vaches pâturent actuellement des repousses de 8 semaines de RGA -TB qui sont fournies et de qualité. Il faut être attentif à la composition de ses prairies : les variétés tardives de RGA sont excellentes pour le pâturage à cette époque, contrairement par exemple au RGH.
Cedapa : 02 96 74 75 50

Alain Normant, Mahalon (29), zone intermédiaire : Depuis 10 jours, il est tombé beaucoup d’eau : 80 mm, dont un gros orage qui a versé 40 mm la semaine dernière ! Avec ce temps alternant chaleur et pluie, l’herbe pousse partout. Les 54 vaches laitières sont toujours à l’herbe en plat unique. Elles reçoivent 1 kg MS de foin. Elles sont dans une pâture où j’avais fait de l’enrubannage fin mai. Elle a donc 70 à 80 jours de repousse. Comme le mois précédent, je réalise du “topping” pour faciliter une repousse de qualité. Le volume de lait est en diminution, 12 L par vache en moyenne. Les taux suivent aussi la  même tendance.  J’attends une nouvelle fenêtre météo pour faire la 3e coupe de foin de luzerne.
Civam 29 – 02 98 81 43 94

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer