Economie, marchés et gestionFinistèrePolitique et Syndicalisme

Triskalia : rendez-vous annuel de la section bovine

Des chiffres, des constats, une analyse et aussi de l’émotion à l’occasion de l’assemblée générale de la section bovine Triskalia. Elle s’est déroulée à Morlaix (29) le 5 février dernier.

Cette assemblée 2015 avait une saveur particulière pour le président de la section, Didier Yon, qui orchestrait, pour la dernière fois, la réunion annuelle des producteurs de viande bovine. 18 ans de présidence, un beau mandat avec une transition en douceur car Didier reste conseiller de la section et administrateur au sein de Triskalia.

Un marché poussif et une Pac floue

En première partie de réunion, les producteurs à la tribune ont relevé les faits marquants de l’année 2014 et passé en revue les chiffres clés du groupement. Les cours de la viande bovine ont beaucoup souffert au second semestre 2014, impactant inévitablement le revenu des éleveurs. À noter également une conjoncture globalement délicate et la pression des GMS aux achats qui fragilisent le marché. Et c’est sans compter sur la nouvelle Politique agricole commune qui suscite beaucoup d’interrogations notamment sur l’élevage des vaches allaitantes du fait d’une prime plus que réduite. Ses modalités d’application restent floues et, en ce début d’année, rien n’a encore été précisé… Autre fait marquant : le retournement du marché laitier fin 2014 incitant les éleveurs à vendre plus de réformes laitières. La combinaison de tous ces facteurs a sensiblement fragilisé le métier.

La satisfaction des contrats Etap

Dans ce contexte, les actions du groupement bovin viande Triskalia sont offensives afin d’accompagner les producteurs de viande bovine. Il s’agit notamment de la mise en place du paiement à 10 jours des animaux de boucherie, une avancée particulièrement appréciée des producteurs. Les contrats Etap (Engagements Triskalia pour l’Avenir de la Production) sont également bien notés au vu du nombre de producteurs engagés. Ces démarches filières sont incontournables, car l’objectif est bien de créer une synergie entre les attentes des consommateurs, les besoins de Socopa-Bigard, partenaire aval de Triskalia, et ceux des éleveurs (sécuriser la marge).

La naissance de BTM

La collaboration « bovins maigres » entre Triskalia et le groupe Bigard a été officialisée avec l’annonce de la création de BTM (Bigard Triskalia Maigre). L’activité bovin d’élevage a été confiée à Anthony Bonichon : « Nous nous sommes associés pour optimiser l’offre broutards en Bretagne. » Trois centres d’allotement situés à Glomel, Mellac et Sévignac sont rattachés à l’entité. Ils ont une capacité d’accueil en adéquation avec les flux d’animaux prévus.

Le consommateur change : menace ou opportunité ?

L’assemblée générale a été clôturée par une belle analyse socio-économique des consommateurs, de viande bovine entre autres… Philippe Manach a, de façon imagée et dynamique, dressé le portrait du consommateur actuel en dégageant les nouvelles tendances comportementales de la société : chasse au gaspillage, ultra-connectée, moi d’abord, achats malins, moins de temps consacré aux courses alimentaires… Une chose est sûre, la caution ‘producteur’ est très importante aux yeux du consommateur qui veut manger bon, sain et local.

Face aux aléas conjoncturels et aux évolutions des consommateurs, « il faudra être réactif et bon techniquement, savoir tirer le meilleur de l’herbe et des fourrages et surtout optimiser ses coûts de production », a conclu Didier Yon. Le groupement bovin viande Triskalia va poursuivre ses réflexions dans ce sens et s’efforcer d’apporter des solutions technico-économiques adaptées aux producteurs de viande bovine. Carole Perros/Triskalia

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer