Sécurité à tous les niveaux

prevention-securite-bovin - Illustration Sécurité à tous les niveaux

Installé depuis une petite année à Maxent (35), Cédric Gouéry vient de sortir ses premiers lots de Limousins et Charolais. Avec des animaux classés U et avec 454 kg de carcasse en moyenne, l’éleveur mise sur la prévention sanitaire et une complémentation adaptée pour réussir leur engraissement.

Engraisseur de jeunes bovins, Cédric Gouéry reconnaît que la qualité des broutards et leur valeur génétique se révèlent au fur et à mesure de l’engraissement. « En fonction du potentiel génétique et du poids à l’arrivée, la période d’engraissement peut varier de 8 à 11 mois. En parallèle, quand certains prennent 1,7 kg. d’autres ne prendront que 1,2 kg par jour. » Dans tous les cas, il considère que la valorisation de la ration doit être optimale.

Cédric Gouéry à droite, avec Joël Ermel, technicien Triskalia Cédric Gouéry à droite, avec Joël Ermel, technicien Triskalia : une collaboration au niveau des choix alimentaires des animaux.

Prévention, transition et ration à volonté

À la mise en place de broutards, l’éleveur vaccine et vermifuge systématiquement afin de sécuriser les lots. Il complète : « j’effectue une transition alimentaire pendant 3 semaines avec, à l’arrivée, du foin, de la paille et un aliment mash. Au bout du 5e jour, j’incorpore un filet de maïs. Après une semaine, la ration est composée de 50 % de l’aliment mash et 50 % d’un complémentaire de ration. » L’agriculteur ajuste au fur et à mesure les repas pour atteindre progressivement une alimentation « de croisière. » Les jeunes bovins (JB) bénéficient d’une alimentation complète qui se compose pendant l’engraissement : « de maïs à volonté, 400 g de paille, 3 à 4 kg de Bufflo Vivensil en fonction du poids des JB et un produit tampon, selon la période », rajoute l’éleveur. Pour y parvenir, il augmente progressivement la quantité d’aliment de 300 g tous les deux mois. Mais avant de complémenter la ration, son technicien conseil en nutrition et bovin Triskalia, Joël Ermel, a prélevé un échantillon de maïs afin de l’analyser : « le maïs affiche une bonne valeur énergétique, mais reste un peu pauvre en matière azotée. Nous comblons ce déficit avec du Vitazote. » Avec environ 320 jours de présence en engraissement, les gains moyens quotidiens (GMQ) atteignent 1,489 kg sur les lots sortis en 2014. « Je suis plutôt satisfait des premiers résultats, mais on peut toujours progresser sur les GMQ », précise Cédric Gouéry.

Des céréales, oui, mais incorporées dans l’aliment

Dans sa logique de travail, Cédric va, cette année encore, livrer ses céréales à Triskalia dans le cadre de l’Échange Céréales-Aliment (ECA) « confort. » Stocker et manipuler les céréales sur l’exploitation peut en altérer la qualité et reste une source de travail supplémentaire non négligeable. « Je préfère sécuriser l’alimentation de mes JB et valoriser mes céréales au travers de l’aliment. Cela me permet d’apporter de la sécurité technique et économique dans l’élevage. » En effet, il bénéficiera d’un tarif spécifique pour l’aliment choisi pour la complémentation de ses lots. En plus, les animaux profiteront de la technicité supplémentaire de l’aliment apportée par des noyaux et une formulation adéquate.

Aliments Bufflo et spécialités minérales

Bufflo Vivensil : 3 à 5 kg par jour. Complémentaire de ration. Formulation sécurisée pour garantir des GMQ élevés. Profil énergétique complémentaire des maïs ensilages contemporains. Tampons et extraits végétaux (Vivactiv’ / Axion Gain). Disponible en vrac. Acidoline : association complémentaire de substances à fort pouvoir tampon métabolique et levures inactivées (PTM : 185). À utiliser dès les premiers signes de l’acidose. Action rapide. 50 g par jour pendant 3 semaines (engraissement). Granulés en sac de 25 kg. Bufflo Star MH : mash spécifique broutard. Sélection de matières premières favorables à la croissance des animaux. Il peut être utilisé en phase de finition (1,5 à 1,7 kg / 100 g de poids vif).

Le contrat Etap JB Limousin

Dans les offres du groupement, les contrats Etap (Engagements Triskalia pour l’Avenir de la Production) apportent de la valeur ajoutée aux démarches filières portées par le groupement bovin viande de Triskalia. En tant que nouvel installé, Cédric Gouéry s’est engagé dans le contrat Etap JB Limousin qui lui permet de profiter de la grille de prix de reprise sécurisée vis-à-vis des fluctuations du marché. Par ce biais, il sécurise sa marge et verrouille d’un cran supplémentaire la pérennité économique de son exploitation. Il est dans le même état d’esprit quand on lui demande le pourquoi de la production de génisses à viande : « j’ai la possibilité de valoriser les prairies avec des génisses. Les résultats technico-économiques sont au rendez-vous quand il s’agit de mettre en relation le coût de production et les ventes. » En tant que nouveau conseiller de la section bovine de Triskalia, Cédric Gouéry est en phase avec les objectifs du conseil bovin qu’il va s’efforcer d’appliquer dans son élevage : « Il faut constamment viser plus haut et évoluer techniquement. Il existe forcément des voies à explorer pour améliorer ses résultats. » Carole Perros / Triskalia


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article