DossiersÉlevage

Techniques d’insémination porcine

Un moment d'ovulation très variable pendant les chaleurs

Même s’il est admis que la position moyenne de l’ovulation se situe aux 2/3 de l’œstrus, la variabilité est importante.

Bien déterminer le moment optimal pour réaliser les inséminations artificielles des truies est essentiel à la réussite de la reproduction. La fertilité et la taille de la portée sont optimales lorsque les IA sont réalisées dans les 12-24 heures précédant l’ovulation. Ce moment est malheureusement peu prédictible en conditions d’élevage ; les truies sont donc inséminées de façon répétée, 2 à 3 fois pendant toute la durée de l’œstrus. Ceci augmente les coûts et les risques associés aux interventions tardives post-ovulatoires telles que les petites portées ou les infections génitales. Une étude présentée aux dernières Journées de la recherche porcine, réalisée par l’Ifip et MSD Santé animale dans 4 élevages bretons, confirme la variabilité des moments d’ovulation spontanée et identifie certains facteurs d’influence de ces venues en chaleur.

porc-insemination-porcine
Insémination porcine

44 heures, en moyenne, après le début des chaleurs

Le statut ovarien a été évalué toutes les 24 heures, entre 4 et 8 jours après sevrage, le matin, par échographie abdominale transcutanée (sondes). L’ovulation était qualifiée par la diminution du nombre de gros follicules pré-ovulatoires. En parallèle, les éleveurs travaillaient selon le protocole habituel de détection et d’insémination établi dans leur élevage.

97,5 % des truies sont venues en chaleur et ont ovulé dans les 8 jours suivant le sevrage. 2,5 % étaient en anœstrus et une truie a ovulé silencieusement. Les chaleurs duraient de 35 à 108 heures selon les truies. L’ovulation s’est produite à 44 heures, en moyenne, après le début des chaleurs, avec d’importantes variations, (où encore 147 heures, en moyenne, après le sevrage). « La position moyenne de l’ovulation aux 2/3 de l’œstrus est cohérente avec des études précédentes. Nos résultats confirment des fréquences élevées d’ovulation précoces ou tardives. Une variabilité à prendre en compte pour bien positionner la 1ère IA ».

Position ovulation
Position ovulation

Éviter les lactations de moins de 18 jours

La plupart des critères liés à l’œstrus et à l’ovulation varient significativement selon les élevages et les caractéristiques des truies (rang de portée, durée de lactation précédente, épaisseur de lard dorsal (ELD). Dans cette étude, la taille de la portée sevrée n’impacte ni le délai ni le moment de l’ovulation suivante. Par contre, les lactations courtes (< 18 jours) retardent significativement l’œstrus et l’ovulation. Compte tenu des risques de problèmes utérins et d’infertilité, il est important de bien contrôler la durée de lactation en amont, en groupant les mises bas et les IA. L’ELD à l’IA n’a pas d’effet sur les critères d’œstrus et d’ovulation chez les truies sevrées, du moins dans ces troupeaux. La fertilité serait moindre chez les cochettes les plus maigres (ELD<13 mn), même si l’intervalle fin de Régumate-ovulation est un peu plus court.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer