FinistèrePolitique et Syndicalisme

Iréo : former les professionnels de demain

Week-end de fête à Lesneven. L’Iréo soufflait ses 50 bougies et reste tourné vers les nouvelles technologies qui feront l’agriculture du futur.

L’Iréo  de Lesneven ouvrait ses portes samedi dernier pour fêter ses 50 années d’existence. L’Iréo, c’est aujourd’hui 750 personnes formées chaque année avec plus de 90 % de réussite aux examens, en partenariat avec 600 entreprises. La journée a démarré avec différentes tables rondes de témoignages de réussites professionnelles. «  Il faut poursuivre nos efforts sur le facteur humain pour développer les capacités d’adaptations. J’ai la certitude que l’agriculture bretonne a de l’avenir et aura toujours besoin de personnes compétentes », lance Laurent Thomin, président de l’Iréo. « L’établissement connaît une très forte dynamique partenariale et permet d’appréhender avec conviction l’agriculture de demain », ajoute Dominique Zupan, directeur.

Les projets mûrissent

Arnaud Le Cam, jeune élève à l’Institut, n’a pas connu les changements de l’établissement depuis les cinq dernières décennies. Mais il apprécie la pédagogie de la maison. « C’est une école où je me sens bien, et j’apprécie particulièrement l’alternance école/stage en entreprise. L’internat me plait également ». Et le parcours professionnel est déjà bien tracé dans la tête de ce jeune habitant de Plourin-Les-Morlaix : « Je suis en première année de Bac pro en productions végétales. Je suis plutôt intéressé par les cultures, et mon diplôme me forme aussi à l’agroéquipement. Je continuerai mon cursus scolaire avec un BTS analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole (ACSE), toujours à l’Iréo. Je souhaite ensuite poursuivre avec un certificat de spécialisation en mécanique agricole. J’imagine mon insertion professionnelle en tant que salarié agricole dans une ETA et pourquoi pas m’installer, mais dans une autre région, plus axée sur les productions végétales ».

Des parcours réussis

Depuis la création en 1964, beaucoup d’élèves se sont épanouis dans le milieu professionnel. C’est le cas de Louis Le Hir. « J’ai démarré à 17 ans en 1967 un Brevet d’apprentissage agricole (BAA) à Plouescat. J’ai enchaîné avec un brevet professionnel agricole afin de travailler comme aide familiale à Gouesnou, dans l’exploitation de mes parents. Après l’arrêt de la production laitière sur l’exploitation suite à la mise en place des quotas en 1992, l’exploitation s’est consacrée à la production de céréales et de maïs. J’ai enfin terminé ma carrière comme responsable culture dans des serres de tomate chez Savéol, sur le site de Brest ». Louis se souvient de la bonne ambiance dans les couloirs de l’école, et de la qualité des formateurs. « J’ai gardé le contact avec mes copains de l’époque ».

Avec entre autres un concours de soudure brillamment remporté par Stéphane Le Neindre, la journée a permis aux visiteurs de constater l’ancrage de l’Iréo dans son territoire et sa volonté d’être résolument tourné vers l’avenir. Prochain rendez-vous les 6 et 7 février 2015 pour les portes ouvertes. Fanch Paranthoën

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer