Energies et environnement

La destruction par le gel, mythe ou réalité ?

Selon la date de semis, de la mi-juillet au 10 septembre, le couvert végétal a un comportement différent.

Avec un semis précoce, la biomasse sera plus importante, le couvert sera plus facile à détruire et sensible à l’effet du gel… « Il faut donc raisonner le couvert végétal Cipan comme une culture », conseille Michel Falchier, agronome à la Chambre régionale d’agriculture. « Bien développé, il étouffera aussi la levée des mauvaises herbes, dont les adventices graminées, les plus difficiles à détruire. Une parcelle moins sale sera aussi plus facile à détruire mécaniquement, sans gel ou avec une gelée blanche ».

L’occurrence du gel dépendra en plus de la période souhaitée de destruction du couvert, du climat de l’année et des températures nécessaires pour détruire telle ou telle espèce. Le roulage ne présente de bonnes efficacités régulièrement qu’en étant réalisé par des températures négatives. Les autres interventions mécaniques (labour, broyage, travail superficiel) nécessitent un sol suffisamment ressuyé pour permettre le passage des outils et limiter le tassement du sol ou la création des mottes, ce qui n’est pas toujours facile à obtenir pendant la période de destruction des couverts. D’autant plus que ce chantier doit être suffisamment précoce (2 mois) avant les semis des cultures de printemps.

Nombre de jours avec des températures minimales inférieures à -6°C entre le 01/11 et 15/02
Nombre de jours avec des températures minimales inférieures à -6°C entre le 01/11 et 15/02.

Mais tout miser sur la destruction par le gel semble risqué, au vu de la fréquence des jours de gel dans l’Ouest. En effet, un calcul statistique d’Arvalis-Institut du végétal montre sur la carte ci-dessus qu’il y a chaque année moins d’un jour en Bretagne avec des températures au moins inférieures à -6°C entre le 1er novembre et le 15 février, depuis 1994.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer