Productions Agricoles

Techniques simplifiées, quels impacts sur le sol ?

L’arrêt du labour a des effets sur les propriétés physiques du sol et des incidences sur ses fonctions environnementales.

Pratique culturale en forte progression, le non labour représente 24 % des surfaces bretonnes, toutes cultures confondues. Si l’organisation du travail et des économies de mécanisation sont dans un premier temps évoquées quant au choix de ces pratiques, ce sont ses atouts agronomiques qui sont mis en valeur par ceux qui la pratiquent depuis plus de cinq ans. Cependant, de nombreuses questions restent en suspens, à savoir l’impact de ces méthodes sur le fonctionnement du sol et l’environnement. Les essais entrepris sur les sites expérimentaux bretons depuis 14 ans essaient d’y répondre.

Efficacité sur le fonctionnement du sol

Le non labour favorise la stabilité structurale du sol, la matière organique étant diluée sur l’ensemble de la surface du sol. ce dernier est ainsi mieux protégé face à l’érosion. Les essais menées à Kerguéhennec, à Bignan (56), démontrent que la biomasse microbienne est accrue dans les horizons de surface. Mais, si seuls les vers de terre sont visibles, avec l’arrêt de l’utilisation d’outils qui fragmente les agrégats, ils ne compensent cependant pas la porosité du sol permise par un labour. La présence de résidus en surface limite la formation de battance, effet protecteur du sol vis à vis de l’impact des gouttes de pluie, ce qui induit « une diminution importante de la concentration des charges solides dans les eaux emportées par le ruissellement », décrit Djilali Hebbadj de la Chambre d’agriculture du Morbihan. Une tendance à nuancer en période hivernale selon les années, avec des sols en saturation hydrique ou des surfaces marquées par des orages de fin d’été.

Des transferts limités

De ce fait, les résultats des derniers essais confirment que les transferts en terme de produits phytosanitaires sont différents selon le type de culture d’hiver ou de printemps. L’effet mulch, qui réduit la battance, limite aussi ces transferts, et de manière plus importante au printemps. Sous les céréales à paille d’automne, les flux sont plus importants et s’expliquent par « des molécules présentes sur des résidus peu décomposés, remobilisées par le ruissellement ». Carole David

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer