Productions Agricoles

Porc : vers une ration individualisée pour les charcutiers

Quels sont les gains d’une alimentation individualisée en engraissement ? La station expérimentale de Romillé (35) tente d’y répondre grâce à un automate qui alloue la bonne dose à chaque porc.

Dans tous les élevages, les porcs en croissance consomment le même aliment. Si la quantité évolue dans le temps, la qualité reste constante sur de longues périodes. Pourtant, les animaux n’ont pas tous les mêmes besoins, au même moment. Certains sont en situation d’excès quand d’autres souffrent de carences, en acides aminés, notamment. Des situations qui peuvent créer, selon le cas, des gaspillages, avec beaucoup de rejets dans l’environnement, un coût alimentaire excessif ou des taux de muscle dégradés et une moindre valorisation des carcasses. « Le concept d’alimentation de précision tient compte du fait que tous les animaux d’un même lot ne sont pas identiques », indique Nathalie Quiniou, de l’Ifip. « Il faudrait donc mettre en œuvre des techniques d’alimentation qui permettent d’adapter de façon dynamique la quantité et la qualité de l’aliment à chaque animal ». L’objectif est de réduire le coût alimentaire et les rejets grâce à une meilleure utilisation des nutriments.

Etude de rentabilité

De récents travaux de recherche, au Canada, montrent des gains de 8 à 10 % sur le coût alimentaire pour le porc à l’engrais avec une alimentation de précision. Pour confirmer ces résultats, l’Ifip vient d’équiper la station de Romillé  d’automates capables d’apporter la bonne dose à chaque porc. Il convient, en effet, de s’assurer que les gains apportés par la technique permettent d’amortir un équipement sophistiqué, au coût élevé.

Les porcs accèdent à la zone d'alimentation lorsqu'un automate est libre
Les porcs accèdent à la zone d’alimentation lorsqu’un automate est libre.

Une première bande de charcutiers a servi à la mise au point de l’appareil. Le lot suivant permettra de comparer une alimentation individuelle multi-phase à un apport de bi-phase classique. Premiers résultats en fin d’année 2014, après deux bandes successives. Bernard Laurent

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer