Productions Agricoles

Coûts de production trop élevés en lapin

« En 2013, l’indice moyen Itavi (Institut technique de l’aviculture) du coût des matières premières des aliments lapins est en hausse de 5 % par rapport à 2012 », observent la Fédération nationale des groupements de producteurs de lapins (Fénalap) et la Confédération française de l’aviculture (CFA) qui s’inquiètent pour l’avenir de leurs élevages. C’est notamment le cas du cours de la luzerne qui a progressé en moyenne de 16,5 % en 2012 par rapport à 2013 et celui de la pulpe de betterave de 13 % ; des tendances directement liées aux conditions pluvieuses du printemps 2013 qui ont entraîné une baisse de production. Face à ces hausses, la Fénalap et la CFA reconnaissent « le rôle modérateur de la reprise actuelle des cours des matières premières » des fabricants d’aliments. Ils montrent plutôt du doigt les distributeurs. « Il est primordial que la distribution entende les arguments de ses fournisseurs pour que la production ne subisse pas de pression sur le prix de reprise du lapin », estiment les deux organisations. Elles demandent que les coûts de production soient répercutés dans les prix de vente.

Concentration

Dans le rapport « Prospective de la filière lapin à l’horizon 2025 » de FranceagriMer publié en septembre 2011, quatre enjeux majeurs apparaissent pour relancer la filière française : « conquérir de nouveaux consommateurs, notamment chez les plus jeunes », « définir une stratégie de réponse aux attentes sociétales », « gagner en compétitivité » et « anticiper les besoins d’évolution de la filière, en termes de mode d’organisation et de structuration ». Pour rappel, la taille standard des élevages de lapins est passée de 400 à 650 femelles entre 1995 et 2000. Parallèlement, la concentration des élevages est importante : en 1995, la France comptait plus de 2 000 éleveurs contre 1 550 en 2010.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer