Productions Agricoles

Un vêlage réussi est un vêlage sans CRI

Rétention placentaire. Irritations. Trois mots pour un acronyme : CRI. Un trio diabolique qu’il faut éviter si l’on veut que la mise à la reproduction se fasse dans la douceur.

Si la vache ne vient pas en chaleur, regarde sous son pied ! La formule se voudrait plutôt fécondée dans la provocation. Et pourtant. Une vache qui boite passera le plus clair de son temps couchée. Pas franchement une position idéale pour exprimer une chaleur. Si tant est qu’elle vienne en chaleur. Car aucune souffrance n’est favorable au cycle de reproduction, souvent décrite comme fonction de luxe chez l’animal. Cet exemple illustre bien la complexité de la fonction de reproduction, thème abordé par les vétérinaires du GTV Bretagne lors du Breizh Vet’Tour.

Encore deux rencontres

Le Breizh Vet’ Tour poursuit sa tournée bretonne sur le thème de la reproduction bovine. Lors de ces rencontres, les vétérinaires balaient les principaux moyens zootechniques et sanitaires de conduite de troupeau qui permettent de réussir une bonne gestion de la reproduction: alimentation, logement, soins, etc. Les réunions débutent à 9 h 45 et se clôturent par un cocktail déjeunatoire :

« En prenant son temps, on gagne du temps »

« L’utérus de la vache est très sensible à la contamination », rappelle Virginie Lézé, vétérinaire à Ploudalmézeau, soulignant cependant la capacité d’une vache en bonne santé à retrouver un appareil génital sain au terme de l’involution. A condition toutefois de ne pas charger la barque des contaminations : « Par exemple, en la faisant vêler dans un box de vêlage pas propre », cite la vétérinaire qui incite aussi les éleveurs à ne pas intervenir à mauvais escient. « Pour un vêlage, bien souvent, en prenant son temps, on gagne du temps », dit-elle. Et d’inviter à agir avec douceur : « Il ne faut pas hésiter à user (et abuser) de gel lubrifiant ». Et si, au grand jamais, la déchirure survient, il convient d’appeler le vétérinaire dans un délai maximal de 6 heures.

La rétention placentaire (deuxième lettre du CRI) n’est pas de nature à favoriser un nettoyage rapide de l’utérus. « Elle multiplie par 4 à 6 les infections post-vêlage », calibre Virginie Lézé, tout en mentionnant qu’une « délivrance naturelle peut prendre 36 heures ». Le recours à un traitement homéopathique (Wonbyl®) sur les vaches à risque (naissance gémellaire, vache ayant fait une fièvre de lait et vache âgée moins tonique) donne de bons résultats. En revanche, la délivrance manuelle n’est pas conseillée : « Il suffit de couper les parties qui dépassent, entre autres pour limiter les remontées de germes de la litière».

Remise en route de la machine

Pas de nouvelle mise à la reproduction sans appareil reproducteur sain et en bon état. Pour une bonne involution de l’utérus (Il passe de 10 kg à 500 g en 3 semaines) et une bonne vidange, certains facteurs sont particulièrement importants :

  • Les minéraux, les vitamines et les oligo-éléments interviennent beaucoup le 1er mois après vêlage. Ils participent à l’involution utérine et dans l’immunité. « Il convient donc de recharger les réserves en oligoéléments pendant le tarissement ».  Les oligoéléments (cuivre, zinc, manganèse) améliorent la fécondité (reprise de cycle, ovulation).
  • Assurer les besoins énergétiques : « C’est le facteur limitant à tous les niveaux, y compris après la fécondation », indique Frédéric Arzur, vétérinaire à Landivisiau. Petit geste simple pour favoriser l’ingestion (et donc l’apport d’énergie) : distribuer 50 g de sel par jour.

Redécouvrir le thermomètre

En revanche, le thermomètre reste un outil essentiel dans la gestion des pathologies péri-partum. « La prise de température devrait être systématique à 24-48 heures sur les vaches qui ont eu besoin d’aide et pendant une semaine sur les vaches n’ayant pas délivré. Si elle monte à plus de 39,5 °C, il convient d’administrer des antibiotiques de 1re ligne (voir protocole de soins établi lors de la visite sanitaire). Si la vache a une baisse d’appétit, il est judicieux d’appeler son vétérinaire ».

Rétention placentaire et irritations au vêlage sont des facteurs favorisants des infections post-partum (on en revient au trio infernal : le CRI). « La métrite chronique se décèle généralement 21 jours après vêlage et concerne souvent plus de 15 % des vaches du troupeau ». D’où l’incitation des vétérinaires à pratiquer le « suivi de reproduction » de toutes les vaches 35 jours après vêlage. Une opération de routine destinée à détecter les métrites par fouille systématique. Une opération qui permet en général de déceler 50 % des métrites et qui contribue à atteindre l’objectif de moins de 15 % de métrites dans l’élevage. Didier Le Du

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer