Energies et environnementPolitique et Syndicalisme

Les États-Unis réduisent leurs objectifs de production d’éthanol

L’Agence américaine de protection de l’environnement recommande de revoir de 16 % à la baisse les objectifs des États-Unis en matière d’incorporation de biocarburants.

Comme prévu, l’administration Obama a proposé, le 15 novembre, de réduire significativement le taux d’incorporation de biocarburants en 2014 aux États-Unis. Le gouvernement fédéral a suivi les recommandations de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) en proposant de ramener les objectifs de production de biocarburants à 58 milliards de litres en 2014 contre 69 milliards de litres initialement prévus dans la loi américaine sur l’énergie (soit une baisse de 16 %), et 62 milliards de litres produits en 2013. Pour l’éthanol de maïs il est recommandé de produire 48 milliards de litres en 2014 (soit un retour au niveau de production de 2012) contre les 54 milliards initialement prévus. En 2014, le taux d’incorporation atteindra donc 9,2 % Outre-Atlantique contre 9,74 % prévu auparavant. Ces propositions sont soumises à une période de commentaires de deux mois.

Les éleveurs satisfaits

Cette décision répond en partie aux demandes des compagnies pétrolières qui ont mené un intense lobbying arguant qu’il n’était pas possible d’aller au-delà de 10 % d’incorporation d’éthanol dans l’essence. Mais elle trouve également écho chez les associations d’éleveurs américains, pour qui la production de biocarburant a accru la demande de maïs, et donc le prix. Le secrétaire américain à l’agriculture, Tom Vilsack, assure que cette décision ne remet aucunement en cause l’engagement des États-Unis dans la production de biocarburants. Il souligne notamment que les producteurs sont appelés à trouver des solutions pour qu’il soit possible d’incorporer plus de 10 % d’éthanol dans l’essence à l’avenir.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer