Observatoire des fourrages Bretagne

Pousse de l’herbe : 54 kg MS/ha/jour

logo observatoire des fourrages bretagne - Illustration Observatoire des fourrages Bretagne
logo observatoire des fourrages bretagne | © observatoire fourrages bretagne 2

La pousse mesurée du 13 au 21 mai est de 54 kg MS/ha/jour. L’alternance d’averses et d’éclaircies est propice à la croissance de l’herbe mais complique les chantiers de semis de maïs. Néanmoins les prévisions météo actuelles garantissent de bonnes conditions de pousse jusqu’à la mi-juin. 

Des perspectives de croissance favorables 

Les pluies sont importantes et les températures restent modérées. La pousse va se maintenir : 

• Avec 25 ares d’herbe, l’offre d’herbe correspond désormais à 2/3 de ration : rationnez de nouveau le maïs (5 kg MS/VL) qui sera consommé en 30 minutes maximum. 

• À 35 ares, les besoins des vaches sont couverts. Il faut continuer à raser à 5 cm les RGA tardifs en cours de montaison. Si les pluies compliquent le pâturage, une fauche des refus pourra permettre de couper les épis restants. 

• Au-delà de 40 ares, il faut anticiper le débrayage des parcelles les plus hautes et se tenir prêt dès qu’une fenêtre météo se présentera pour faucher. 

20185.hr

ZOOM SUR :

Des chemins larges et propres pour desservir un maximum de parcelles

Faites un état des lieux de vos chemins pour anticiper les chantiers en période sèche. L’eau qui stagne provoque une dégradation de sa structure : elle doit donc s’évacuer rapidement. Adaptez la largeur et la solidité des chemins en fonction de leur usage (animaux et/ou engins) : pour les chemins principaux, prévoir une largeur de 3 m pour 75 vaches, et 5 m pour 100 vaches. Pour les chemins utilisés seulement par les vaches, un empierrement (10 cm) et une couche de sable en finition (5 cm) suffisent. Pour les chemins à vaches et engins, il faut prévoir en plus du gros blocage sur 20 à 25 cm. Des subventions existent : elles sont proposées dans le cadre du programme Agri Invest. Parlez-en à votre conseiller.

Paroles d’éleveurs – Jérémy éleveur allaitant en zone humide à Laz (29)

« Il a fallu gérer les excès d’eau »

Nous sortons d’une grosse période de pluie avec des orages fréquents (plusieurs dizaines de mm d’eau en quelques heures certains jours), qui ont rendu impraticables certaines parcelles de pâturage. J’ai donc dû adapter les rotations entre parcelles. En raison des fortes pluies, j’ai également retardé mes semis de maïs. Ayant quelques champs en pente, j’ai préféré ne pas prendre de risque de retrouver la semence dans le bas des champs. Les ensilages d’herbe avaient été faits dans de bonnes conditions il y a 4 semaines. Le rendement a été très correct. J’ai plus de doutes sur la valeur alimentaire car certaines parcelles étaient déjà avancées. Les parcelles fauchées vont réintégrer dans les prochains jours les surfaces pâturées par les animaux. L’herbe y est de bonne qualité.
Pour valoriser au maximum l’herbe, je conduis mes différents lots au fil avant. Dès que le temps le permettra, et que les maïs seront semés, j’envisage la première coupe de foin, qui elle aussi s’annonce assez prometteuse.

Romain Rétif et Pierre Bescou 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article