De l’électricité en vente directe

L’autoconsommation collective va permettre de revendre sa production d’électricité photovoltaïque à des consommateurs locaux sur un prix et une durée négociés entre les 2 parties. 

18460.hr - Illustration De l’électricité en vente directe
Les membres du conseil d’administration de l’Apepha PMO avec en bas à gauche : Simon Ducasse, gérant associé d’Enryk.

« Nous venons de créer l’Apepha PMO, une association fille de l’Apepha qui est dédiée à la thématique de l’autoconsommation collective pour développer le modèle économique contractuel qui va lier les producteurs d’énergie photovoltaïque aux consommateurs d’électricité », indique Pascal Chaussec, président de l’Apepha, lors d’une conférence de presse à Pluméliau-Bieuzy (56) le 12 décembre. L’autoconsommation collective est possible sur les contrats signés suite à l’arrêté d’octobre 2021. Avec ce dispositif, le producteur va vendre son électricité en moyenne 15 % plus cher que le prix contractualisé dans son tarif de rachat. De son côté, le consommateur va acheter son électricité autour de 15 % moins cher que son prix actuel.  « Beaucoup d’agriculteurs ont déjà entendu parler de l’autoconsommation collective mais ne savent pas encore comment faire pour se lancer. C’est pour cette raison que l’Apepha a créé une structure pour accompagner de manière professionnelle les agriculteurs. Pour mettre en place de l’autoconsommation collective, il faut une Personne morale organisatrice (PMO) et l’association peut devenir cette PMO. C’est un outil mis à la disposition des adhérents qui évite d’avoir à créer une structure juridique individuellement pour faire le lien avec Enedis. C’est un bon moyen de mutualiser les coûts et d’apporter du service tout en restant indépendant », décrit Isabelle Hascoët, conseillère experte en photovoltaïque à l’Apepha.  Enedis compte les points Dans le cadre de ce type de contrat en autoconsommation collective c’est Enedis qui compte les points et garantit la quantité d’électricité renouvelable utilisée par le consommateur qui va permettre au producteur d’établir ensuite sa facturation.  Vendre localement L’objectif est de vendre l’électricité localement sur un secteur allant de 2 km pour une production en zone urbaine à 20 km pour une zone rurale. « Il faut absolument être accompagné pour se lancer car cela peut vite devenir compliqué », indique Pascal Chaussec. Et d’ajouter : « C’est une flèche de…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article