Le Sud-Bretagne concerné par la MHE

Maladie touchant principalement les bovins, non transmissible à l’homme, la MHE remonte du Sud-Ouest vers le Centre et l’Ouest de la France. En début de semaine, le sud de la Bretagne était en zone régulée.

18211.hr - Illustration Le Sud-Bretagne concerné par la MHE
Montée de la température, perte d’appétit, baisse de production doivent pousser les éleveurs à contacter leur vétérinaire sanitaire.

À la date du 16 novembre, 3 340 foyers de maladie hémorragique épizootique (MHE) ont été recensés en France dans des élevages. La présence de foyers en Vendée entraîne des conséquences dans la zone sud de la Bretagne. Cette maladie est à déclaration obligatoire et sa gestion dépend des DDPP.  Désinsectisation et test PCR négatif pour les sorties « La zone dans un rayon de 150 km autour d’un foyer est zone régulée (ZR). Cela s’applique à ce jour pour un large quart Sud-Ouest jusqu’au sud de la Bretagne pour les bovins, ovins, caprins et cerfs d’élevage », cadre Grégoire Kuntz, Dr vétérinaire référent maladies émergentes et réglementées pour GDS Bretagne. La sortie des animaux de la ZR est soumise à conditions. « Les animaux doivent être désinsectisés et avoir un test PCR négatif. Certains pays acceptent l’achat d’animaux en provenance de ZR. Des allègements sont prévus pour les animaux de moins de 70 jours destinés aux ateliers d’engraissement. » Cette épidémie « n’entraîne pas d’abattage systématique, mais un renforcement du suivi sanitaire des zones touchées et un appel aux éleveurs afin qu’ils signalent au plus vite les suspicions de cas pour tenter d’enrayer la propagation. Pour les animaux infectés, il y a retrait du lait ou de la viande par précaution. » Maladie virale transmise par les culicoïdes La MHE est une maladie virale transmise par les culicoïdes, des insectes piqueurs. « Toute montée de la température, perte d’appétit ou baisse de production laitière doivent pousser les éleveurs à contacter leur vétérinaire sanitaire. Chez les bovins, les symptômes sont proches d’autres maladies, comme la FCO. » En cas de MHE, d’autres symptômes peuvent apparaître dans un second temps : amaigrissement, lésions buccales et respiratoires. Il n’y a pas de traitement spécifique, « mais un traitement symptomatique prescrit par le vétérinaire peut réduire les signes cliniques. »…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article