« Une installation est toujours un évènement »

Kevin et Anthony Abasq se sont installés en production laitière en décembre dernier. Comme tous les jeunes depuis 2014, ils ont reçu une aide de la communauté de communes du Pays des Abers.

17881.hr - Illustration « Une installation est toujours un évènement »
Élus et responsables ont salué l’installation de Kevin et d’Anthony Abasq sur Kersaint-Plabennec.

Le Pays des Abers compte « 338 exploitations agricoles, représentent 1 350 emplois et génèrent 135 millions de chiffre d’affaires. 78 % de ces exploitations sont des élevages », liste Bernard Gibergues, vice-président de la communauté de communes du Pays des Abers. Sur ce territoire, 22 % des agriculteurs ont plus de 57 ans. C’est pourquoi l’EPCI a pour habitude d’aider financièrement les nouvelles installations en octroyant une aide de 4 000 €. « Notre objectif est de mettre en évidence les agriculteurs qui reprennent des structures et de montrer l’intérêt que porte la communauté de communes au monde agricole. 4 000 €, ce n’est pas beaucoup, nous proposerons prochainement un autre système pour doubler ou tripler cette somme », annonce le vice-président. Le Pays des Abers a travaillé de concert avec la Chambre d’agriculture sur les sujets de l’image du métier, de la transition écologique ou encore du foncier. « C’est toujours un évènement quand un jeune s’installe, car il mènera sa carrière dans la durée », note Jean-Jacques Deniel, élu à la Chambre d’agriculture. Le système pâturant nous plaÎt Garder de l’accessibilité à l’herbe Anthony et Kevin Abasq font partie de ces jeunes qui reprennent le flambeau agricole. Les deux frères ont rejoint le Gaec de leur père qui s’apprête à prendre sa retraite. Lors de leur installation à Kersaint-Plabennec, la reprise d’une ferme voisine est venue grossir les surfaces accessibles d’une exploitation déjà fortement orientée vers l’herbe. « Je me suis inspiré de la méthode d’André Pochon », résume Denis Abasq, qui prépare la transmission de son outil à ces fils. Désormais, la structure de 72 ha contient 53 ha de parcelles accessibles. Dans les projets à venir, un nouveau bâtiment avec salle de traite et couchage pour le troupeau de 100 vaches est programmé. « Nous avons toujours 2 sites pour la traite, le projet vise à regrouper les 2 troupeaux. Les laitières…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article