Non issue du milieu agricole, elle s’installe en Gaec

En novembre 2022, Anne-Laure Simon a rejoint Guillaume Aveline qui était déjà installé pour former le Gaec Gaïa à Mordelles.

17700 hr - Illustration Non issue du milieu agricole, elle s’installe en Gaec
Anne-Laure Simon et Guillaume Aveline avec les veaux et vaches nourrices.

Ni ses parents, ni ses grands-parents ne sont issus du milieu agricole. Pourtant Anne-Laure Simon a toujours rêvé de s’installer sur une ferme. « Auparavant, j’étais salariée à Agrobio 35. J’ai commencé à venir travailler le vendredi matin et un week-end sur trois sur la ferme de Guillaume à partir d’avril 2019. Trois ans après, je suis passée à temps complet pour préparer l’association qui s’est concrétisée en novembre 2022. Ce laps de temps m’a permis de voir si le métier d’éleveur pouvait coïncider avec ma vie familiale et de tester ma capacité physique », retrace-t-elle. Leurs conjoints ne sont pas agriculteurs. Les 65 vaches laitières sont principalement des Holstein avec à côté des Jersiaises et des Kiwis. Oser s’installer en vaches laitières La ferme produit actuellement 400 000 L de lait en bio sur 122 ha (81 ha de prairies) avec de la vente de blé meunier et de colza. « Mes études agricoles, à Rennes, comprenaient des modules sur l’élevage laitier et le travail sur l’exploitation m’a confortée dans l’idée de travailler avec des vaches. C’est à mon sens moins physique qu’en petits ruminants où les animaux sont beaucoup manipulés. » Spécialisation des tâches Guillaume Aveline s’est lui installé en 2011 en agrandissant la ferme familiale, en cultures et bovins viande. En 2017, il s’associe avec des éleveurs laitiers jusqu’à leur départ en retraite en 2019. « Ensuite, j’ai employé plusieurs salariés dont Anne-Laure à temps partiel, puis nous avons commencé à parler de l’association en 2021. » Partager les responsabilités Aujourd’hui, les associés commencent à se spécialiser : Anne-Laure fait la partie administrative, le suivi du pâturage, du troupeau avec Guillaume. Ce dernier s’occupe de la partie mécanique et gère les cultures. « La répartition des tâches a été décidée et notée dans le règlement intérieur. » Employant un salarié à 1/3 temps et une apprentie (mi-temps), les éleveurs travaillent 45 heures par…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article