Événements

Salon de l’agriculture, un retour très politique

À quelques jours de son ouverture, les organisateurs du salon ont présenté les grandes lignes de l’édition 2022, placée sous le signe des « retrouvailles » et de la campagne de l’élection présidentielle.

Après une édition écourtée en 2020, puis annulée en 2021, les organisateurs du Salon international de l’agriculture (Sia) veulent faire de l’édition 2022 celle des « retrouvailles », ont-ils expliqué lors d’une conférence de presse le 14 février. Pour tenir ce salon – du 26 février au 6 mars – malgré les incertitudes sanitaires, « la volonté agricole n’aurait pas suffi sans volonté politique, et elle était là » , a déclaré le président du salon Jean-Luc Poulain à l’adresse du ministre de l’Agriculture. Pour appuyer cette idée des « retrouvailles », les organisateurs avaient commandé un sondage à l’institut OpinionWay. Réalisée en janvier, l’étude montre notamment que « huit Français sur dix déclarent que, depuis mars 2020, ils ont davantage pris conscience de l’importance du travail des agriculteurs ». Mais aussi que « 89 % des Français ont le sentiment que la contribution de l’agriculture à notre société est encore trop souvent sous-estimée ». En écho, le thème de cette édition est intitulé : « L’agriculture, notre quotidien, votre avenir ».

Contraintes sanitaires

Ce rendez-vous annuel, qui réunit habituellement 600 000 visiteurs, se déroulera toutefois dans des conditions particulières. D’abord d’un point de vue sanitaire : avec de nombreuses contraintes, le président du Sia a toutefois rappelé que ce ne sera pas le même salon qu’à l’accoutumée.

Échéance électorale

L’édition 2022 sera d’ailleurs différente des autres à un deuxième titre : l’échéance politique du scrutin présidentiel. Comme chaque année, la première journée du salon sera réservée à la visite présidentielle. Mais cette année, de nombreux candidats à la présidentielle parcourront le salon durant le reste de la semaine, dont certains se sont déjà manifestés auprès des organisateurs. Jean-Luc Poulain a rappelé que le Salon était l’occasion pour les professionnels de partager leur avis sur les programmes de chacun des candidats.
« Le salon se tient à la fin des négociations commerciales, ce qui signifie que la préparation du salon, c’est la négociation commerciale », a étayé Julien Denormandie, estimant par ailleurs à regret que « plus on se rapproche des élections, plus certains essaient de dénigrer l’agriculture française ».

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer