Politique et SyndicalismeTop

Conflit en Ukraine, l’agriculture française craint des mesures de rétorsion

Les sanctions annoncées par les Européens dans le conflit russo-ukrainien constituent un « sujet de forte inquiétude » pour l’agriculture française, a affirmé le 22 février la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, qui craint des mesures de rétorsion de la part de la Russie. « Les sanctions financières contre la Russie créent un risque énorme de rétorsion contre les produits européens, au premier rang desquels encore les produits agricoles », a-t-elle déclaré. Comme le rappelle l’AFP, lorsque l’UE avait pris des sanctions en 2014 à l’encontre de la Russie en réponse à l’annexion de la Crimée, « l’agriculture avait été le premier secteur ciblé » par un embargo russe sur « le lait, le fromage et tous les produits laitiers » notamment. « Nous n’avons jamais retrouvé les volumes que nous avons perdu à ce moment-là », s’est désolée la présidente de la FNSEA, car Vladimir Poutine « en a profité pour reconquérir sa souveraineté alimentaire ». La représentante du secteur agricole a dit aussi craindre une nouvelle forte hausse du prix des engrais, qui ont déjà augmenté de 90 % en un an, prédisant « indéniablement » des « répercussions sur les prix de production pour les industries agroalimentaires ».

Mots-clés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer