Coopératives

Les démarches vertueuses s’accélèrent

Le groupe coopératif annonce un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’euros. Les démarches de cultures plus vertueuses sont renforcées, en utilisant des solutions alternatives de désherbage.

Avec le Manger français, les démarches Cultivons autrement ou Élevés avec passion, le groupe coopératif Eureden continue ses démarches « initiées en 2019. 180 producteurs sont engagés dans 12 groupes de progrès en culture, 6,9 % des surfaces de nos adhérents sont cultivés en utilisant des solutions alternatives. 900 ha ont ainsi été désherbés mécaniquement », chiffre Serge Le Bartz, président d’Eureden. Sur les légumes, le président observe « une baisse de la capacité à protéger les cultures. Il y a des retraits de matières actives ; nous travaillons avec du vivant et il nous faut du temps pour trouver des solutions alternatives ». Sur haricots, les mouches ont perturbé les parcelles dès les semis, impactant parfois les rendements de 50 %… « Les caisses de péréquation, qui fonctionnent comme des assurances, ont été mobilisées. En légumes, c’est l’intégralité de la caisse de péréquation qui a été reversée aux producteurs, soit 2,8 millions d’euros. Ces chiffres démontrent tout l’intérêt de la coopérative », note Alain Perrin, directeur général.

Quels œufs pour demain ?

Le chiffre d’affaires combiné annuel du groupe coopératif Eureden s’élève à 3,1 milliards d’euros, en se partageant à 55 % sur la partie amont et 45 % sur l’aval. « C’est une répartition stable, à l’exception de la partie ovo-produit », observe Serge Le Bartz, en amont de l’assemblée générale qui s’est tenue le 10 décembre, à Quimper (29). Le secteur de l’œuf a été fortement impacté par la fermeture de la restauration hors domicile ; le chiffre d’affaires accuse un recul de 20 %. D’une manière globale, le président estime « qu’il devient de plus en plus compliqué de créer des bâtiments neufs, il y a de plus en plus de recours, même pour des projets de poules pondeuses en plein air… Si on ne construit plus, d’où viendront les œufs de demain ? », s’interroge-t-il.

Viser les 5 milliards

Les résultats de la branche verte de la coopérative affichent une dynamique exceptionnelle, « avec des Français qui réarbitrent leurs priorités vers leur jardin, le bricolage, les animaux », explique Alain Perrin. Au 30 juin dernier, l’EBITDA (équivalent de l’EBE) combiné du groupe s’élevait à près de 95 millions d’euros, pour un résultat net de 16,4 millions d’euros. À l’horizon 2027, l’objectif de la coopérative est d’atteindre un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros.

60 millions d’€ d’investissement
Le groupe Eureden a réalisé pour près de 60 millions d’investissements sur l’année écoulée. 40 % de ces investissements concernent du remplacement, 13 % de l’extension de capacité et 11 % des éléments de productivité. « Par ailleurs, près de 9 % de ces dépenses ont concerné des investissements liés à l’environnement, avec l’installation de récupérateurs de chaleur ou des traitements d’eau », énumère Alain Perrin.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer