Élevage

Économisez, isolez vos préfosses !

En 2020, la température hivernale moyenne en Bretagne était de 10 °C. Pendant cette période, l’écart entre la température extérieure et à l’intérieur d’une salle s’est situé, en moyenne, à 14°C pour le cas de l’engraissement. Cet écart est évidemment plus important en post sevrage. Il convient alors de bien préparer les salles et de bien gérer les conditions d’ambiance au quotidien.

Vous croyez avoir pensé à tout ? Un élément perturbateur s’est pourtant glissé dans votre ‘to-do list’ : la préfosse. Quelle soit un peu, beaucoup ou très hors sol, elle est toujours responsable de pertes économiques et techniques.

1150 euros de perte d’énergie pour trois bandes en PS l’hiver

Nombre de bâtiments sont isolés en toiture et sur les parois. Combien d’entre eux sont pourtant posés sur des préfosses de 80 cm, d’1,20 m voire d’1,50 m ou plus encore en béton banché ou en parpaings ? Les préfosses non isolées sont les passoires énergétiques des élevages de porcs. Pourtant, aujourd’hui, beaucoup d’éleveurs et d’éleveuses s’équipent en technologies coûteuses pour économiser l’énergie. Ces surfaces hors sol représentent une superficie importante et sont responsables de cinq fois plus de déperditions thermiques que les murs. L’air froid extérieur capte les calories des salles créant ainsi un flux d’air frais sous les animaux. Les salles sont alors difficiles à chauffer et humides. Les gestantes glissent, les porcs charcutiers s’agressent et les porcelets s’entassent dans les cases de pignon. En plus des coûts sanitaires, le coût énergétique n’est pas négligeable puisque le chauffage installé dans les salles est perdu pour partie par les préfosses. Enfin, une fois que le chauffage est retiré des salles, ce sont les porcs eux-mêmes et donc l’aliment que vous leur distribuez, qui chauffent les salles. Tous ces éléments mis bout à bout, l’addition peut être salée !

La Chambre d’agriculture de Bretagne estime que le chauffage en post sevrage fonctionne, en moyenne, pendant les trois premières semaines. Puis, ce sont les porcelets qui maintiennent la température ambiante. Prenons l’exemple d’un bâtiment comptant quatre salles de 144 places avec un mètre de préfosse sous les animaux. Cela représente 45 m2 de préfosse hors sol en béton banché. Entre novembre et mars, la température extérieure moyenne en Bretagne est de 10 °C.
Le même raisonnement peut être conduit sur tous les bâtiments dont les préfosses sont hors sol. Les engraissements sont les bâtiments les plus touchés par cet oubli de talutage ou d’isolation.

Martin Cloître, éleveur à Plouarzel nous fait part de son expérience

« Mon bâtiment de deux salles de 195 places a été construit en 2019. J’ai toujours eu des difficultés de maintien de la température au début d’engraissement en hiver. Le thermobile fonctionnait les quinze premiers jours afin d’assurer un minimum de confort pour les porcs. Malgré cela, j’en perdais 1 à 2 % en raison de comportements agressifs et de nécroses d’oreilles. En plus des pertes pour abcès, boiteries voire septicémies, la croissance des porcs ne décollait pas. L’équipe technique d’Eureden m’a conseillé de faire un contrôle ventilation. Il a été réalisé en mars 2020, avec le spécialiste de l’équipe. Ma préfosse hors sol d’une surface de 59 m2 (1,50 m de haut), exposée aux vents d’est, semblait être une des causes des problèmes. Une des recommandations principales du compte rendu fut donc d’isoler ma préfosse hors sol. En septembre 2020, j’ai taluté la préfosse en prenant soin de mettre un mètre de large en haut du talus. Depuis, je constate une nette amélioration des pertes pour agressions, mes porcs démarrent mieux en engraissement. Un point a attiré particulièrement mon attention. Aujourd’hui, je préchauffe toujours 24 heures avant l’entrée mais mon thermobile reste seulement trois jours en place après l’entrée des animaux. La température se maintient même par grands vents d’est. L’isolation de la préfosse a bien résolu mes problèmes ».

Dorothée Desson / Eureden

sans titre 1

Pour information
Dans un bâtiment bien préchauffé, un porc de 30 kg à l’entrée en engraissement produit 69 watts de chaleur. Le débit de ventilation minimum requis de 8 m3/h extrait 61 watts par porc. Les porcs sont donc juste capables d’apporter le nombre de calories sortant de la salle par la ventilation. Si celle-ci est mal réglée ou que le bâtiment est mal isolé, les porcs auront froid. Si la ventilation est bridée pour contrer cet effet, l’ambiance sera lourde et humide. Dans les deux cas, les performances techniques, sanitaires et comportementales seront impactées.

A retenir :
En moyenne, le coût par jour et par mètre carré de préfosse hors sol est de 0,17 €* d’énergie uniquement. Pour un élevage de 250 truies conduit en 7 bandes, on compte environ 500 m2 de préfosse hors sol soit 85 € par jour pour une moyenne de 15 °C d’écart entre l’intérieur et l’extérieur. Faites le calcul chez vous !

*calculé pour un écart de température entre intérieur et extérieur variant de 12 à 19 °C.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer