Élevage

Moins d’ammoniac, plus de performances ?

Lors d’un essai en élevage, l’ajout d’un complexe de micro-organismes dans le lisier a réduit les émissions d’ammoniac de 32 % et permis de meilleures performances zootechniques.

L’action du Bactériolite (complexe de micro-organismes) est reconnue depuis une dizaine d’années comme étant bénéfique au compostage. Dans les poulaillers, des études ont montré que les émissions d’ammoniac étaient réduites de 36 % et qu’en parallèle, l’azote organique augmentait de 39 % dans les fumiers. L’Inrae et la société Sobac (fournisseur du complexe) ont voulu connaître les conséquences de son utilisation en porcherie. Les essais ont eu lieu chez Sébastien Brishoual, à Tréméven (29) dans son élevage de 320 truies NE, récemment réaménagé. Les résultats confirment le pouvoir de réduction des émissions de gaz et, plus étonnant, montrent une amélioration des performances zootechniques.

Gain de 20 g de GMQ

Des salles ensemencées ont été comparées à des salles témoins, sans ensemencement (fosses séparées dans un même bâtiment), toutes choses égales par ailleurs (âge des animaux, alimentation…). « Nous avons prélevé et analysé deux poches d’air à plusieurs reprises au cours de la période d’engraissement, à l’entrée et à la sortie (d’air des salles) », indique Paul Robin, chercheur à l’Inrae. « Avec ensemencement, le lisier a émis un tiers d’émissions d’ammoniac en moins ». Le contrôle de performances, effectué en parallèle, montre un avantage de 20 g/j de GMQ, une meilleure homogénéité et un indice de consommation abaissé de 0,09 point pour les porcs élevés dans les salles avec moins de gaz émis par le lisier. Au final, la marge sur coût alimentaire s’améliore d’1,20 €/porc (prix d’aliment de février 2021) ou de 0,73 €/porc sur l’élevage fafeur de Sébastien Brishoual (marge prenant en compte le coût du produit utilisé).

Vers une certification ?

Les essais vont être reproduits dans 5 élevages. Au-delà des gains possibles pour les éleveurs, l’enjeu pour la filière est important. Si les résultats sont confirmés, « nous pourrons construire un outil réglementaire reconnu par l’administration pour certifier la baisse des émissions », indique Paul Robin. Bien plus facile à mettre en place qu’un séparateur de phase sous les caillebotis (raclage en « v ») qui assure également une baisse des émissions d’ammoniac grâce à la séparation des urines et des féces (qui empêche l’hydrolyse de l’urée par l’uréase). Résultats dans quelques mois.

L’obligation de lutter contre les émissions de gaz
La pollution de l’air provoque 48 000 décès chaque année en France. L’ammoniac (NH3) est un des polluants incriminés. Il est émis par l’élevage (décomposition des déjections) et par les engrais minéraux. Les additifs sont un des moyens de réduction des émissions, tout comme la baisse du taux de protéines dans l’aliment, la séparation de phase des effluents, la couverture des fosses et l’enfouissage des lisiers. À noter que l’élevage de porcs contribue bien moins que l’élevage bovin aux émissions de NH3 et de gaz à effet de serre.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer