Economie, marchés et gestion

Ressources humaines : Des candidats volontaires et fiables

Julien Pelletey, consultant en ressources humaines pour HR Consultancy Partners a accompagné les 3 phases d’expérimentation. « Le profil des postulants est vaste, le niveau d’étude va du CAP aux ingénieurs. Des problématiques d’investissement, des souhaits de sortir d’un Gaec ou des mésententes conduisent à se reconvertir ». Arrêter une activité agricole peut s’avérer compliqué, « ce peut être administrativement long. Il faut être au clair pour être disponible et se relancer ».

La polyvalence des profils qui ont participé à l’expérimentation est appréciée « par les entreprises. C’est une population courageuse, fiable et prête à s’adapter ». Que ce soit dans des métiers du secteur public ou du secteur privé, « les agricultrices et agriculteurs sont volontaires, ils gardent une image haute de l’agriculture. Certains se sont formés à des métiers et d’autres ont pu mettre en avant leurs compétences transférables : insémination, enseignants en établissements agricoles… ».

Penser au bilan de compétence

En dehors de ce parcours expérimental, Julien Pelletey rappelle qu’il existe d’autres pistes à explorer pour les personnes en réflexion. « C’est le cas avec le fond Vivea, qui peut aussi accompagner à la réalisation de bilans de compétence et travailler un projet tout en restant exploitant ». Les comptes CPF des exploitants agricoles donnent aussi un pouvoir d’achat de formation, et ne nécessitent pas de passer par Pôle Emploi.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer