Finistère

Les bouchers reviennent à la source

En visitant l’élevage de Maria et de Christophe Corre (adhérents au groupement Evel’up), des bouchers finistériens se sont penchés sur les moyens mis en œuvre pour tracer la viande et pour connaître les conditions d’élevage.

« Nous avons adhéré à la marque d’éleveurs Le Cochon de Bretagne dès le début, dans les années 2000 », se souvient Christophe Corre, producteur de porcs de Saint-Martin-des-Champs. « C’est un moyen de défendre sa production locale, les couleurs de son pays », ajoute Maria, son épouse.

Le traditionnel revient à la mode

Invités à visiter leur élevage de 500 truies NE avec Faf, des bouchers des centres Leclerc de Morlaix, Saint-Pol-de-Léon, Landivisiau, Landerneau et Ploudalmézeau ont pu apprécier la traçabilité et les soins apportés aux animaux de l’exploitation familiale.
Pour Stéphane Legall, boucher à Morlaix, « le rayon traditionnel revient à la mode. Les clients cuisinent, achètent moins de produits préparés. La volaille et le porc sont plébiscités car plus faciles à cuisiner et paraissent moins gras ». Le Cochon de Bretagne organise des animations avec la présence d’éleveurs dans les magasins, « le volume de viande commercialisé en une journée est augmenté de 10 à 30 % », souligne Tiphaine Raimbault, secrétaire générale de la marque éleveur.

400 éleveurs

Le Cochon de Bretagne regroupe 400 éleveurs pour 7 groupements de producteurs et 6 abatteurs et transformateurs. En adhérent à la marque, des animations en grandes surfaces peuvent être proposées à l’éleveur. « Les animaux doivent être nés, élevés et abattus en Bretagne, l’alimentation doit exclusivement contenir des céréales. C’est une façon de garantir l’amont comme l’aval », explique Frédéric Mésangroas, administrateur pour la marque. Le Cochon de Bretagne propose environ 32 000 cochons par semaine aux abatteurs.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer