Coopératives

Une organisation de proximité

Eureden, nouvelle coopérative agricole bretonne, vient de mettre en place ses 15 sections territoriales. Mais, au fait, à quoi servent-elles ? 

Eureden a choisi d’organiser son territoire en 15 sections territoriales. En tout, 304 adhérents ont été élus lors de la dernière assemblée générale. Pour 20 000 coopérateurs, cela représente un élu pour 65 adhérents, « un ratio plutôt élevé et base d’une bonne représentativité » indique Philippe Couëllan, président de la commission Vie coopérative et territoire Eureden.

Des missions variées au service des adhérents

Les missions des conseillers de section territoriale sont très diverses. Ils (et elles, 8 % sont des femmes) sont d’abord un relais entre les adhérents et le conseil d’administration. Attentifs aux remarques des adhérents de leur territoire, ils font remonter de l’information mais reçoivent aussi des explications sur les décisions ou projets du conseil. Les conseillers sont interrogés pour donner des avis sur les investissements et le fonctionnement du territoire. Ils sont aussi chargés, avec les équipes terrain, d’animer localement des actions permettant de renforcer le dialogue et la convivialité (visites d’essais, conférences-débats, réunions techniques…). Au-delà de leur rôle de relais de proximité, ils sont surtout chargés de veiller à la bonne marche de la coopérative dans le territoire.  

Installées et au travail

Après l’assemblée générale du mois de décembre, les 15 sections ont été réunies en février et mars afin d’élire leur président et de commencer leur mission dans le cadre de la nouvelle coopérative Eureden. « Ces conseils sont des capteurs de l’ambiance sur le terrain et des lieux d’expression sans filtre ou chacun peut faire remonter les dysfonctionnements. Le conseil doit être actif, constructif, critique et d’expression libre. On demande aux conseillers territoriaux de relayer les préoccupations des adhérentes et adhérents » note Philippe Couëllan. Il poursuit : « Ce sont aussi des lieux où l’on explique les projets en cours et les évolutions de notre environnement ». Ainsi lors de cette première séquence des mois de février/mars, les élus de terrain ont remonté leurs fortes inquiétudes sur les productions animales (porc, lait, bovins, volaille). Ce constat s’inscrit dans la stratégie d’Eureden pour accompagner au mieux ses adhérents dans les mutations à venir des productions animales. Le fonctionnement de la coopérative est aussi passé au crible : logistique, nouveautés (relevé de compte, extranet…), les formations Certiphyto. Philippe Couëllan insiste sur le traitement de ces questions : « Elles sont toutes remontées aux services ou aux commissions concernées. Charge à eux d’apporter une réponse ou de trouver les solutions adéquates. Si cette organisation peut paraître un peu complexe de l’extérieur, il n’en est rien dans les faits et le fonctionnement se veut simple et réactif. » Ces sections territoriales sont réunies 3 fois par an. La prochaine séquence est prévue fin juin/début juillet, juste avant les collectes d’été.  

Denis Ernotte / Eureden

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer