En chemin

Auparavant il n’y avait pas de panneau indicatif à chaque entrée de chemin rural. Il n’y en avait pas besoin. Les habitants de la campagne connaissaient tous les villages voisins. Il suffisait à l’automobiliste « perdu » de baisser sa vitre pour s’entendre dire : « Première à droite, deuxième à gauche… juste après le petit pont ». Suivi parfois d’une précision supplémentaire inattendue : « Si vous allez chez Louise Kergoat, vous ne la trouverez pas : elle n’est pas chez elle aujourd’hui ». Mieux que le GPS et les réseaux sociaux réunis ! Aujourd’hui, les pancartes foisonnent dans la campagne, mais plus personne ne sait où se situe tel ou tel village. Adieu géographie locale. Quant à savoir où habite ce Kevin Costneac’h, « nouveau » depuis 5 ans au moins, n’en parlons pas. Voie sans issue : « Connais pas », peut-on s’entendre dire dans la meilleure des hypothèses… Car bien souvent il n’y a plus grande âme qui vive au bord des routes. Et si par hasard, un tracteur croise votre chemin, vous demeurerez probablement un être virtuel pour le chauffeur là-haut perché, le regard plongé sur son portable. Nous sommes dans l’ère de la communication nous rabâche-t-on à longueur de journée. Mais cette communication, qui s’affuble elle-même d’un turbo de « com’4.0 », est une voie à sens unique qui ne compensera jamais le manque de communion entre humains si manifeste aujourd’hui. Le confinement n’est que l’amplificateur d’un malaise de ce siècle naissant. La vie à la campagne n’y échappe pas. Depuis un an, pour se soustraire à un certain isolement, des agriculteurs prennent des chemins de traverse pour renouer du lien : ils créent des groupes sur les applications de messagerie instantanée. Mais un chat sur écran ne remplacera jamais une agora de bout de champ….

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article