Edito

Végétal

L’événement est passé presque inaperçu. Il est pourtant d’importance pour la Bretagne d’élevage. Pour la première fois de son histoire, le Michelin a accordé une étoile à un restaurant vegan. Pour autant, cette étoile verte du célèbre guide n’a pour vocation à récompenser exclusivement les restaurants qui banissent les produits animaux. En Bretagne, trois tables se sont vu décerner le sésame vert… mais on peut y manger de très bonnes viandes et poissons. L’étoile verte distingue « les établissements particulièrement engagés dans une approche durable de la gastronomie. »

Respect de la terre, des saisons, des animaux, engagement pour une meilleure alimentation sont autant de points évalués par les critiques gastronomiques. Nombre d’agriculteurs y percevront une notation indirecte de leur travail. Mais au-delà de l’événement en lui-même, les commentaires de Claire Vallée, passée du doctorat d’archéologie à la maîtrise de la cuisine végétale, méritent d’être écoutés avec attention : « Il se passe quelque chose que je sens venir depuis longtemps. » La lauréate parle évidemment de l’évolution de la consommation.

Et à ce titre, si tout le monde ne fréquente pas les tables étoilées, ces établissements sont aux pratiques alimentaires ce que les maisons de haute couture sont à la mode vestimentaire : des précurseurs des tendances à venir. Au « casus belli », mieux vaut préférer le « modus vivendi », autrement dit s’accommoder d’une situation plutôt de la guerroyer. Car, faut-il le répéter, la Bretagne agricole ne manque pas de potentiel et de produits de qualité quand il s’agit de bien manger. Et si hier les légumes anonymes accompagnaient la viande reine, demain peut-être que la viande sublimera les légumes inventifs. Tout est question de langage et de présentation.

Peut vous intéresser

Un commentaire

  1. Monsieur Le Du et ses éditoriales BOBO écolo j’en est raz la casquette !! Qui le paye ? qui donne la tendance éditoriale de ce journal? On en a marre des leçons de morales de personnes qui vivent grace a nous !! Nous les agriculteurs, éleveurs conventionnels plutot tendance FDSEA que CONF ! Industriel ,pollueur et chimique comme ils nous nomment ces BOBO de la trempe de Mr Le Du. Il n’y a pas que Mr Le Du qui nous font des leçons de morale a tout bout de champ il y a aussi nos employés des chambres d’agriculture en activité et ou a la retraite, les employés des bassins versants, (GBO en ce qui me concerne),et bien sur tout les intervenants du ministère de l’agriculture. Depuis l’apparition du covid 19 ces doux rèveurs pronnent la révolution ,le monde d’après devra etre comme ci et comme ça mais il devra surtout etre écolo, bio, respectueu du voisinage, des animaux , et surtout petit car pour eux au dessus de 50 ha, 50 vaches ou 120 truies on est pas dans leurs normes. Mr Le Du arreter de faire de la pub pour une restauratrice vegan qui veut la mort des éleveurs(5:03) ,arreté de culpabiliser nos parents qui on fait le remembrement pour pouvoir bien cultiver leurs exploitations familiales, arreté d’encourager la jeunesse (pas agricole mes BOBO reveur comme vous) a réclamer le changement (révolution pour vous à le fameux grand soir de tous les nostalgiques de 68) et non l’adaptation (26:02).ou encore de critiquer 60 ans d’agriculture « chimique » Mr Le Du allez écrire a Libé et pas au Paysan Breton car vous insulté régulièrement des nombreux lecteurs qui vous font vivre en s’abonnant a ce journal.

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer