ÉlevageMorbihan

Une ferme (de lycée) en phase avec l’agriculture d’aujourd’hui

Le lycée La Touche à Ploërmel forme les élèves en s’appuyant sur des ateliers lait, porc ou légumes à la pointe de la technologie.

« Nous nous attachons à avoir une ferme qui soit le plus proche possible des exploitations agricoles du secteur », indiquent Sébastien Mary et Daniel Le Ruyet, respectivement directeur adjoint et responsable de la ferme du lycée. « Les ateliers porc et lait sont récents et ont une dimension similaire à la moyenne des élevages bretons. Ils sont équipés des nouvelles technologies pour permettre aux jeunes apprenants d’être en capacité de gérer de tels outils lorsqu’ils seront dans la vie active ». Les élèves sont intéressés par ces outils de pointe ; ils sont sensibles à l’évolution technologique « même si ce sont les valeurs du lycée et sa qualité pédagogique qui permettent, en premier lieu, de les attirer dans nos cursus de formation ».

Analyses de données

L’atelier lait a été inauguré en 2018. Il comprend deux robots de traite, des robots aspirateurs de lisier, deux robots repousse-fourrage. « Ces technologies, notamment de traite, délivrent beaucoup d’informations sur la production ou la santé des vaches mais les élèves doivent comprendre que ces nombreuses données nécessitent un suivi renforcé ». Une exigence supérieure de gestion et de performance. « Les jeunes n’auront pas d’autre choix que d’être bons ».
L’atelier porc n’est pas en reste. Les engraissements sont équipés de distributeurs automatiques d’aliment et de caméras (dans certaines salles) dans le cadre d’un partenariat avec la firme Wisium qui réalise des mesures (alimentation de précision) et étudie le comportement animal. Le bloc maternité est remis à neuf. Le lycée a fait le choix des cases liberté pour le bien-être animal. Une salle de visite (parois en verre) permettra aux visiteurs, lors des portes ouvertes, comme dans l’atelier lait, d’observer les animaux sans entrer dans les salles.

Matériels de précision

Le lycée accueillera, dès 2022, la station régionale d’Arvalis. « Nous mettrons nos terres à disposition pour réaliser des essais. Nous aurons un partenariat fort pour que nos élèves en profitent, notamment les BTS agronomie  ». La ferme, qui faisait partie dès le départ du réseau Dephy, est déjà avancée dans la réduction des intrants et la mise en place de solutions alternatives. Deux tracteurs sont équipés de systèmes de guidage RTK. Des démonstrations de binage de précision ou de désherbage électrique ont été réalisées. « Les nouvelles technologies permettront d’aller plus loin : drones, analyse de biomasse, vie du sol… ». Le lycée adhère au GIEE maîtrise de l’eau, pour l’irrigation des légumes. De nouvelles technologies apparaissent : sondes permettant d’analyser l’humidité à différentes profondeurs dans le sol, modulation intra-parcellaire, assistance GPS… L’unité de méthanisation, qui collecte et traite les effluents des élevages sert de support à certains modules de formation, axés sur l’énergie.

Gestes de base

« Tous les outils technologiques d’aide à la décision coûtent cher. Ils demandent un retour sur investissement économique et une amélioration des conditions de travail. Le niveau d’expertise est plus fort. Les jeunes doivent se les approprier. C’est un encouragement à bien se former ». Se former consiste aussi à connaître les gestes de base. Un tandem avec deux stalles (traite) est installé dans le tout nouvel atelier lait pour apprendre aux jeunes, souvent non issus du milieu agricole, les gestes de base du métier. De même, la distribution de l’aliment, en soupe dans la majeure partie de l’élevage porcin, restera manuelle dans la nouvelle maternité. « Il est important pour les élèves de voir ce que l’animal mange  ». La technologie ne remplacera jamais la nécessité d’observer les animaux. Bien au contraire.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer