Élevage

En viande bovine, un temps de travail très variable selon les exploitations

Une étude montre une grande variabilité du temps de travail en bovin viande, allant de 11,5 à 29,5 heures par vache et par an. Organisation et matériel adapté permettent de réduire le temps passé.

S’appuyant sur l’outil TraviBov qui permet de quantifier les temps de travaux (alimentation, gestion de la litière, surveillance et soins), l’équipe des réseaux d’élevage des Pays de la Loire et Deux-Sèvres (Inosys) a réalisé une étude sur 96 exploitations avec un atelier bovin viande dominant : 63 naisseurs-engraisseurs (dont 5 avec achat de broutards), 28 naisseurs avec finition de femelles, 5 naisseurs sans finition.
Sur ces élevages ayant en moyenne 87 vêlages, la main-d’œuvre est constituée de 1 à 4 personnes (chefs d’exploitation, salariés, bénévoles). « Le temps de travail global tous systèmes confondus se subdivise entre : l’alimentation à 39 %, la surveillance à 36 % et la gestion de la litière à 17 %. Le reste du temps (8 %) est consacré à la manipulation collective (prophylaxie, pesées…) et les ventes », chiffrent les responsables de l’étude.

La motivation à s’organiser prime

La variabilité entre les élevages est très importante allant de 11,5 à 29,5 heures par vêlage et par an. « Il n’y a pas d’effet de taille de cheptel. Par contre, un nombre supérieur de vaches par travailleur permet de réduire le temps par vêlage en lien avec une bonne organisation ». L’efficience est une préoccupation affichée dans les exploitations qui se démarquent. Le temps de travail journalier en hiver y est plus faible que dans les autres exploitations et le cheptel est supérieur de 47 vaches, soit 20 en plus par travailleur. Autre caractéristique, les bâtiments sont de plus grande capacité avec 59 UGB/bâtiment (contre 43). Côté performance technique, l’IVV est inférieur de 6 jours pour les multipares et 13 jours pour les primipares, la mortalité est inférieure de 0,6 %.

Vêlages groupés, mélangeuse, litière accumulée

Plusieurs voies d’amélioration ont été identifiées. « Les exploitations ayant des vêlages groupés (3 mois) passent 2 heures de moins par vêlage/an. La mélangeuse est l’équipement le plus performant en temps pour les troupeaux de grande taille avec souvent un nombre de passages moins important (1/j voire moins). Cependant, celle-ci ne permet pas toujours d’avoir des temps d’alimentation plus faibles. La distribution ‘manuelle’ (fourche crocodile plus fourche manuelle) peut être très performante pour du foin et de l’enrubannage notamment en libre-service. » Par ailleurs, la litière accumulée génère un gain de temps de 30 à 40 minutes/vêlage/an par rapport aux raclages. La litière accumulée avec stockage sur la parcelle à épandre permet aussi de limiter les manipulations.

Écarts de temps de travail par vêlage et par an tous systèmes confondus

 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer