Élevage

Le cours du porc sous pression

Ces dernières semaines, les perturbations liées à la crise du Covid-19 ont conduit à une dégradation progressive du cours du porc sur le marché européen.

Le prix du porc perçu par les éleveurs français s’élève à 1,68 €/kg en avril, en baisse de 2,2 % en un mois. En Europe, les autres producteurs ont eux aussi assisté à une dégringolade. Le cours allemand s’est contracté et a entraîné dans sa chute les prix danois et néerlandais. L’instabilité que crée l’épidémie sur les marchés cause de nombreuses incertitudes. Ces baisses de prix s’opèrent dans un contexte de stabilité de l’offre européenne. Au premier trimestre, les abattages allemands, français, danois et néerlandais sont supérieurs à l’an dernier (+0,5 %/2019). Par ailleurs, la demande des abatteurs est affectée par une moindre disponibilité de main-d’œuvre. De nombreux outils connaissent des réductions d’activité. En Allemagne, le site de Westfleisch à Coesfeld a récemment dû fermer en raison de la propagation du virus au sein du personnel. Ces événements causent des retards dans l’enlèvement des porcs. La perte des débouchés hors domicile affecte l’ensemble des marchés européens. Le mouvement de stockage de panique au moment du confinement a été observé partout en Europe. Les ventes désormais stagnent et le marché est actuellement surchargé en viande fraîche.

Difficultés logistiques

Au sud de l’Europe, l’impact du coronavirus sur le marché intérieur et le tourisme pénalise grandement les marchés espagnol et italien. Par ailleurs, la propagation de la fièvre porcine africaine s’intensifie à l’ouest de la Pologne et affecte les échanges de viandes intra-européens tout en s’approchant dangereusement de la frontière allemande. Les difficultés logistiques, dues au manque de personnel des entreprises de transport, concourent à l’obstruction du marché intracommunautaire, qui représente 70 % des échanges internationaux pour les pays européens et un tiers de leur offre. À l’instabilité de la demande intra-européenne s’ajoutent des incertitudes quant au développement des exportations sur les marchés tiers. La demande de la Chine est soutenue, mais se contracte toujours en termes de valorisation. Les capacités de transport restent amoindries. Les conteneurs sont toujours difficilement disponibles et leur coût est élevé. La Chine joue le jeu de la concurrence entre ses fournisseurs, et a profité d’une offre américaine momentanément surabondante en raison d’une baisse de la demande intérieure. Mais les choses sont en train de changer.

Euthanasies aux États-Unis
La propagation du coronavirus entraîne la fermeture et la réduction d’activité de nombreux abattoirs américains. Le secteur se retrouve confronté à une baisse de 30 à 40 % de sa capacité d’abattage habituelle. Les retards d’enlèvement sont exceptionnels et le prix du porc a plongé entre mars et avril. Les éleveurs ont été contraints d’euthanasier les porcs et porcelets, et de procéder aux avortements des truies. Cette situation inédite devrait entraîner un ralentissement de la croissance de production américaine dans les prochaines semaines et les prochains mois. Au regard de la propagation de l’épidémie dans le pays, la main-d’œuvre devrait continuer de manquer. La rareté de l’offre de pièces américaines entraîne déjà une explosion de leur prix. Les importateurs chinois se tournent à nouveau vers les fournisseurs européens et brésiliens.

Source Ifip

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer