Cultures

Orge : Piloter la fertilisation dès maintenant

La fertilisation azotée des orges pilotée par des OAD permet une efficience de l’azote apporté. Pour utiliser ces outils, une bande surfertilisée au stade épi 1 cm servira par la suite d’étalon.

Cette campagne est marquée par des dates de semis très hétérogènes, commençant au 15 octobre et allant jusqu’en janvier pour les semis le plus tardifs. De plus, les reliquats sortie hiver sont assez hétérogènes, en lien avec les pluies abondantes et les températures élevées. Dans ce contexte, le pilotage du dernier apport azoté sur orge sera un levier important à mettre en œuvre pour ajuster au mieux la nutrition.
Deux outils de pilotage de la fertilisation azotée sont disponibles sur orge d’hiver : Farmstar et N-Tester. Farmstar permet un diagnostic à partir d’une image satellite associée à une mesure d’indice de nutrition azotée. Le pilotage par N-Tester nécessite la mise en place d’une bande surfertilisée.

Fractionner pour réduire la verse

Historiquement, les apports azotés sur orge d’hiver se faisaient en 2 apports. Depuis 4 ans, Arvalis a conduit des essais pour tester les effets d’un fractionnement en 3 apports.
L’intérêt d’un fractionnement en 3 apports, avec un dernier apport entre les stades 2 nœuds et dernière feuille pointante est multiple, il permet une meilleure efficience de l’azote apporté (CAU), de réduire le risque de verse, un rendement équivalent (les essais ont montré un rendement significativement comparable à dose totale d’azote identique entre un fractionnement à 2 ou 3 apports effectué entre 2 nœuds et dernière feuille étalée). Enfin, le fractionnement permet l’utilisation d’un outil de pilotage pour évaluer la dose à apporter.

Une bande surfertilisée dès le stade épi 1 cm

La mise en œuvre du pilotage avec le N-Tester s’anticipe dès le stade épi 1 cm, en suivant les modalités suivantes :
– Apporter la totalité de la dose prévisionnelle jusqu’au stade épi 1 cm soit dans la majorité des cas en 2 apports (apport tallage puis apport au stade épi 1 cm). Aucune mise en réserve n’est à prévoir sur orge.
– Réaliser une bande surfertilisée au stade épi 1 cm : dose totale prévisionnelle + 100 kg N / ha, dans la parcelle.
Le diagnostic de nutrition azotée sera réalisé à partir du stade 2 nœuds. Les mesures sont à effectuer sur la parcelle ayant reçu la dose d’azote prévisionnelle et sur la zone surfertilisée adjacente. L’objectif est de vérifier si la dose prévisionnelle risque d’être limitante ou non. La dose complémentaire indiquée par le N-Tester sera entre 0 et 40 kg N/ha.

Quel que soit l’outil de pilotage utilisé, le diagnostic sera fiable si l’apport précédant (épi 1 cm) est valorisé par au moins 15 mm de pluie. En cas de période sèche au moment du dernier apport suivie d’un retour des pluies, il est nécessaire d’attendre au moins 5 jours avant de réaliser les mesures. La dose conseillée par l’outil devra être apportée juste avant les pluies pour sa valorisation et avant le stade dernière feuille étalée. Cette méthode de pilotage s’applique également sur les orges de printemps, sur le même principe que les orges d’hiver.

Quelles quantités d’azote pour le 3e apport?
Au stade 2 nœuds et après diagnostic de nutrition azotée avec la pince N-Tester® sur la parcelle et sur la zone surfertilisée, une interprétation gratuite des résultats est accessible à l’adresse https://app.at.farm/ Si les plantes sont bien alimentées en azote, pas de troisième apport. Si les plantes sont sous-alimentées :  troisième apport de 30 kg N/ha.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer