Politique et Syndicalisme

L’élevage et la déprise comme priorités

Réélu le 4 décembre en assemblée générale, le président de la Coordination rurale, Bernard Lannes, met l’élevage et la déprise au rang de priorités d’action pour son dernier mandat à la tête du syndicat, a-t-il expliqué. Et d’affirmer : « Il y a deux agricultures en train de se séparer. D’un côté, une grosse agriculture industrielle qui a encore de la résilience. De l’autre, une petite agriculture qui opère une montée en gamme, occupe de petits créneaux et s’en sort bien ». Bernard Lannes estime que le rôle de la CR est « plutôt de regarder ce qui se passe en région Centre, à savoir des zones intermédiaires, ou dans les territoires d’élevage, là où il y a une déprise totale et des producteurs démoralisés car sans perspectives d’avenir. Pour eux, on va se battre sur la nouvelle Pac : c’est cette agriculture qu’il faut protéger.» Le syndicat opère donc un «changement de stratégie  », érigeant l’élevage comme « secteur numéro un ». Ce nouveau tropisme est notamment lié au constat que «  la course à l’agrandissement » montre ses limites, d’après lui. « Même ceux qui ont doublé le nombre de bêtes et la surface ne s’en sortent pas, avec des prix inférieurs aux coûts de production », considère Bernard Lannes.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer