ÉvénementsMorbihan

Nice, une jeune limousine, mascotte d’Ohhh la vache

Les 12 et 13 octobre prochains, le salon Ohhh la Vache remet le couvert. Marché des producteurs, animations culinaires et concours d’animaux seront au rendez-vous, à Pontivy.

Malgré la baisse globale de la consommation de viande bovine, la décapitalisation en cours du cheptel dans certains bassins d’élevage et les importations de viande irlandaise qui contribuent à engorger le marché, les sélectionneurs de vaches allaitantes seront présents en force au salon Ohhh la Vache à Pontivy. Deux concours interrégionnaux sont au programme, en race limousine et charolaise. « Une centaine d’animaux limousins du Grand Ouest sont inscrits », indique Louis-François Leconte, éleveur à Ploërdut et président de la section bovine de Triskalia. « Les concours sont l’occasion de promouvoir son élevage et de vendre des reproducteurs ». L’administrateur d’Interbev, de Coop de France et de l’UGPVB, à la tête d’un élevage de 120 mères, place chaque année quelques animaux à la station d’évaluation de Lanaud et vend une quinzaine de mâles pour la reproduction. Nice, l’une de ses génisses de deux ans, sera, cette année, la mascotte du salon.
La race charolaise sort également le grand jeu avec des animaux de tout l’Ouest pour un concours interrégional. Les races laitières défileront sur les deux rings tout au long du weekend. Le marché des producteurs se tiendra sous chapiteau. Un prix sera décerné au meilleur produit fermier innovant.

Navette gratuite

De nombreuses animations autour de l’agriculture et de l’alimentation seront proposées aux enfants et aux adultes. Sur l’un des stands, les visiteurs seront sensibilisés au décryptage des étiquettes, grâce à des caddies remplis de divers produits alimentaires. Tous les concessionnaires du secteur présenteront du matériel. A noter qu’un petit train gratuit effectuera la navette entre les différents parkings et le parc expo, dont l’entrée est gratuite.

Je dresse mes animaux selon la méthode Souvignet.
Louis-François Leconte, ” Au sevrage, vers 8 – 10 mois, les animaux perdent leurs repères. Il faut être présent pour compenser la perte de la mère. Je dresse les meilleurs animaux, mâles et femelles, futurs reproducteurs. Je les habitue au licol et à ma présence pendant quelques jours. Le tout avec de la musique en permanence. À la fin de ce dressage, je peux les promener facilement. C’est un investissement qui permet un réel gain de temps et de sécurité lors des manipulations ultérieures. C’est positif pour les présentations aux concours et pour la vente des reproducteurs. “
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer