L’effet fongicide de certains couverts végétaux

 - Illustration L’effet fongicide de certains couverts végétaux
Jean-Luc Le Bénézic, à gauche, a présenté avec André Yvinec le rôle de chaque espèce de couverts végétaux. « Le radis chinois est un sac d’engrais, la phacélie est une herse rotative », a illustré Jean-Luc Le Bénézic.
Les moutardes libèrent des substances fongicides naturelles qu’il faut enfouir quand la plante est en pleine floraison.

Les couverts courts entre 2 céréales doivent répondre à 3 objectifs, à savoir « fertiliser, créer une rupture sanitaire et continuer à nourrir le sol », rappelle Jean-Luc Le Bénézic, agronome chez Triskalia. Le conseiller intervenait lors d’une présentation d’une parcelle d’essai menée conjointement avec la Chambre d’agriculture. Objectif : observer l’effet de différentes espèces végétales implantées entre un blé et une orge.
Sur cette parcelle appartenant à Eric Donval, agriculteur de Loc-Eguiner, le blé a été récolté en début août. « Les pailles ont été enlevées rapidement, le semis au combiné après un passage de chisel a été réalisé au 7 août », témoigne l’agriculteur.

Utiliser les glucosinolates

Certains essais sont composés de moutarde blanche ou brune, en pleine floraison en fin de semaine dernière. « Un couvert végétal en pleine floraison aura donné tout ce qu’il a. C’est pourquoi il faut les plaquer au sol à ce stade ». Les moutardes ont la particularité d’émettre des glucosinolates, aux multiples vertus : ces substances très volatiles « s’attaquent au piétin verse, au piétin échaudage, au rhizoctone. Ce peut être un fongicide naturel en préventif s’il est broyé et immédiatement incorporé au sol, à 3 ou 5 cm de profondeur ». Les moutardes ont l’avantage de démarrer rapidement et d’avoir un cycle de vie court. Son coût d’implantation est aussi modéré. Un sol couvert « est un sol qui draine. Les engins peuvent plus facilement passer dessus, les sols sont portants », explique Jean-Luc Le Bénézic. Un plaquage au sol en pleine floraison a enfin l’avantage de dégrader plus rapidement le couvert avant qu’il ne soit trop ligneux et qui aura alors un C/N plus élevé.

Débobinage rapide de l’azote

Cécile Goupille, conseillère à la Chambre d’agriculture, rappelle que les couverts courts n’ont pas forcément vocation à fertiliser au bon moment la culture suivante. « Ces couverts peuvent débobiner rapidement leur azote alors que la céréale n’en aura pas forcément besoin ». Ce débobinage est d’autant plus rapide que le couvert est détruit tôt.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article