Economie, marchés et gestion

Calculer l’indicateur « Journée de présence au pâturage »

À partir de la campagne culturale 2018-2019, chaque éleveur laitier en Bretagne a l’obligation de calculer l’indicateur JPP (Journée de présence au pâturage) et de le faire figurer dans le cahier d’enregistrement des pratiques au plus tard pour le 30 septembre.

L’indicateur JPP « Journée de présence au pâturage » représente le temps de présence des vaches laitières sur les surfaces pâturées auxquelles elles ont accès (prairies, dérobées).

Les objectifs de l’indicateur JPP

Le nombre de jours de pâturage par an (JPP/ha/an) permet d’évaluer le niveau d’intensité du système de pâturage et, ainsi, de sa qualité dans la mesure où le surpâturage des parcelles accroît les risques de fuites de nitrates. Afin de sensibiliser les éleveurs aux risques liés à la présence de “parcelle parking” et aux risques de fuites d’azote dans le milieu, le programme d’action régional de la Directive nitrates (PAR6) oblige les éleveurs bretons à calculer leur JPP.

Les calculs du JPP et du seuil critique

Du point de vue des autorités régionales, le but n’est pas d’interdire le pâturage mais bien d’amorcer la réflexion sur le sujet pour, si besoin, trouver le compromis adéquat entre la taille du cheptel, la surface en prairie disponible et le temps de présence au pâturage permettant de limiter les risques.
Selon la méthode définie dans l’arrêté du Groupe régional d’expertise Nitrates (GREN), le calcul tient compte du temps de présence au pâturage à l’année et des effectifs de vaches laitières, pour déterminer, l’indicateur UGB JPP/ha = (temps moyen au pâturage (nombre de journées par an équivalentes 24 heures) x nombre d’UGB) / ha pâturés. Cet indicateur doit par la suite être comparé au seuil critique qui correspond au nombre total de jours de pâturage pour lesquels la surface pâturée peut fournir suffisamment à chaque UGB.
Pour calculer le seuil critique, il est donc nécessaire de connaître le rendement moyen de l’herbe pâturée. Afin de l’estimer et de déterminer le seuil critique, vous pouvez vous référer aux valeurs de référence qui sont celles de 6,2 t MS (tous fourrages confondus) consommées à l’année et de 12 kg MS d’herbe de pâturage consommés à la journée par un UGB. Autrement dit, le seuil critique en UGB JPP est égal au rendement moyen annuel des prairies en kg MS / 12 kg de MS par jour / UGB fourrager.

Comment analyser les résultats ?

Si le résultat du calcul de l’indicateur JPP est supérieur au plafond de 900 jours de présence de pâturage et donc supérieur au seuil critique, l’éleveur devra réaliser dans l’année qui suit un diagnostic en vue d’élaborer un plan d’action visant à revenir sous le plafond, puis, à respecter le seuil critique de son exploitation. Àl’inverse, si le résultat du calcul de l’indicateur JPP est inférieur au plafond de 900 jours et supérieur au seuil critique, l’éleveur est invité à une réflexion pour revenir sous le seuil critique.
En cas de dépassement du seuil réglementaire, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre partenaire environnement qui vous accompagnera pour l’élaboration du plan d’actions.

Exemple de calcul
Une parcelle de 4 ha pâturée 50 VL présentes en moyenne 40 jours sur la parcelle 20 heures/jour (moins 4 heures pour la traite) => Temps de pâturage: 40 jours X 50 VL X 1.05 UGB / 4 ha = 525 jours => Correctif lié au temps journalier passé : 525 jours X 20 / 24 h = 437 jours L’indicateur UGB JPP pour cette parcelle est de 437 jours.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer