ÉvénementsFinistère

Plus de 50 ans de concours au lycée du Nivot

Le Lepa du Nivot va présenter avec quatre élevages du Finistère des animaux au concours national de la race Normande, à Mayenne (53).

Il suffit de contempler les plaques récompensant les animaux ayant participé à des concours pour s’apercevoir que le lycée agricole du Nivot n’en est pas à son galop d’essai. La plus ancienne, datant de 1968, montre l’attachement de l’établissement à ces rencontres entre éleveurs.

La génétique reconnue du troupeau pédagogique

C’est sans doute sous l’impulsion d’Ambroise Allanou, ancien responsable de l’exploitation finistérienne pédagogique, que les choses ont démarré. « Il a tout de même terminé sa carrière en inscrivant deux taureaux au catalogue, Gaberwrach et Guilmo. Dans les jeunes générations de vaches du lycée, on retrouve ce travail de sélection. Il n’y a depuis pas eu d’à-coup dans le travail, c’est une seule vision du troupeau », estime Patrick Buguel, éleveur de Normande installé à Dirinon. Le Finistérien s’apprête à participer au concours national qui se tient du 19 au 21 juillet, à Mayenne (53), en compagnie d’élèves du lycée et de 3 autres élevages du département.

La race facile à conduire

Pour cette édition nationale, Marijeanne, jeune vache en 1re lactation accompagnera Hernie, femelle en 5e lactation au concours. « Hernie a été 3 fois Grande championne à Agrideiz, et a participé une fois à Paris. Marijeanne a, quant à elle, été élue Meilleure mamelle jeune d’Agrideiz lors de la dernière édition de Quimper. Ces deux vaches sont pointées excellentes, avec des notes de 90 pour Marijeanne et de 91 pour Hernie », explique Klervie Le Gall, salariée de l’élevage du lycée.

La passion pour la race pousse les élèves du Lepa à interrompre leurs vacances pour aider les éleveurs lors de ce championnat. La Normande est appréciée par les apprenants, de par son caractère calme. « C’est une race docile, adaptée à un lycée agricole où tous les élèves ne sont pas forcément issus du milieu ; elle supporte tous les comportements », note Patrick Buguel. Économe, la vache à la robe mouchetée présente la faculté de valoriser très bien une alimentation à l’herbe. « Il est plus difficile de présenter des animaux conduits seulement à l’herbe aux concours. La Normande en est capable ». Les Finistériens présenteront leurs animaux dans la catégorie vache tarie le vendredi, les animaux en production défileront le samedi.

6 vaches du Finistère
Le concours national Normand se tiendra à l’occasion du Cima (Carrefour interprofessionnel du monde agricole), à Mayenne (53), du 19 au 21 juillet, au parc des expositions. Le Finistère sera représenté par les élevages du lycée du Nivot, Grannec (Collorec), Letty (Pluguffan), Le Garrec (Quimperlé) et Buguel (Dirinon). Près de 200 vaches Normandes sont attendues pour ce concours.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer