À l'étrangerMorbihan

Ils partent quatre jours en Suède

Le groupe prospective laitière d’Idréa (Ploërmel) prépare un voyage d’études de la filière suédoise. Un pays qui se targue d’avoir l’agriculture la plus propre du monde.

Après l’Allemagne, l’Irlande, Bruxelles, Guernesey, le Jura, la Suisse, les Hauts de France et de nouveau l’Allemagne – le tout en une dizaine d’années – le groupe prospective met le cap sur la Suède. Une douzaine d’éleveurs et d’éleveuses partiront début septembre avec de nombreuses questions en tête.

« Comment les Suédois ont raisonné leur système laitier vers une agriculture qui concilie des logiques économiques, sociales et environnementales ? Comment communiquent-ils vers les citadins pour être en phase avec les demandes sociétales ? », s’interroge Alain Le Crom, de Rohan. De nombreux échanges avec des responsables professionnels, des chefs d’entreprise et des visites de fermes et de centre de recherche sont programmés. « Nous y allons avec nos chiffres technico-économiques », indique Guillaume Evain, de Saint-Marcel. « Nous espérons de la transparence, qu’ils nous montrent les leurs ». Les agriculteurs bretons veulent découvrir la filière bio et productive suédoise (ferme à 9 000 L/ vache/an), leur conception du bien-être animal, la robotisation des élevages et la filière bois. « Nous voulons aussi savoir si leur modèle est transposable ». Le programme des quatre journées est copieux…

Soutien financier

Le groupe organise une campagne de financement participatif, via la plate-forme Miimosa, afin de faire connaître leur projet et d’obtenir un soutien financier. En retour, les participants se verront offrir une carte postale, un produit typique voire un apéritif suédois, en fonction des dons réalisés.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer