ÉlevageTop

Garder une auge propre pour les vaches

La distribution des betteraves fourragères est mécanisable. Rencontre avec des producteurs qui ont choisi un godet distributeur qui empêche le salissement de l’auge.

À la SCEA Lemarchand, les deux associés Stéphane et Fabienne sont très à cheval sur la qualité du fourrage distribué au troupeau laitier, composé d’une cinquantaine de Normandes. Depuis la réintroduction de betterave fourragère sur la sole de l’exploitation il y a 3 ans, les producteurs ont recherché un mode de distribution qui triait les impuretés et les cailloux. Ils se sont équipés d’un godet distributeur I60 Cleanafeed de chez Tanco pour éviter de souiller l’auge des laitières.

Les vaches aiment croquer

« J’ai choisi cet équipement pour sa partie ajourée en dessous, qui évacue les déchets, ainsi que pour sa robustesse », explique Stéphane Le Marchand. La grille inférieure sépare les feuilles restantes des racines, grâce à l’action d’une palette à rotor qui fait tomber les saletés au sol. « Je préfère avoir une table d’alimentation sale, mais une auge préservée, pour éviter les butyriques », conçoit Fabienne Lemarchand. La table d’alimentation est nettoyée après le passage de l’outil distributeur, par un coup de racleur monté sur le tracteur. Une alimentation en eau équipe le I60 Cleanfeed et douche si nécessaire les racines trop sales.
La palette à rotor alimente également le hacheur, qui coupe les betteraves. « Je distribue 4 kg de MS de betterave par jour, fractionné en 2 fois. Je distribue un godet complet le matin, ½ le soir ». Et les laitières ne se trompent pas, car en entendant le bruit du tracteur, « le dessert arrive », aime expliquer l’éleveur.

Les betteraves sont séparées en 4 morceaux, « j’ai supprimé un jeu de couteau sur le hacheur. Les vaches aiment croquer dans les racines. Je distribue les betteraves sur le maïs ensilage, pour que les betteraves ne roulent pas quand les vaches les mangent ». Stockées dans un hangar à paille, les betteraves passent l’hiver à l’abri du froid. « Les animaux en consomment moins si elles sont gelées », fait observer l’éleveur. Distribuées de début octobre à fin avril, les betteraves fourragères ont fortement augmenté les taux, passant à 50 de TB et 38 de TP (pour des valeurs TB/TP de 47 et de 36 avant betteraves). « Ces plus-values ont remboursé en une année l’investissement », chiffre le producteur.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer