Machinisme et équipements

L’agroéquipement, un secteur ouvert à de nombreux profils

Le secteur forme les jeunes du bac professionnel au diplôme d’ingénieur.

Formation à temps plein ou en apprentissage, diplôme professionnel, technique ou agricole… La filière agroéquipement compte une dizaine de diplômes spécifiques, à commencer par le CAPA métiers de l’agriculture (option productions végétales agroéquipement). « Un élève ou apprenti en CAPA acquiert des savoir-faire liés aux pratiques de base d’une exploitation agricole, avec la maîtrise de la conduite du tracteur et des outils simples attelés. La formation s’adresse à des personnes polyvalentes désirant devenir salariés agricoles dans des exploitations », décrypte Patrice Sauvage, directeur adjoint au Lycée Issat, à Redon (35).

Des diplômes dédiés

• La formation peut se poursuivre en bac pro agroéquipement ou bac pro maintenance des matériels option A (matériels agricoles). « Un titulaire de bac pro est chargé de conduire des chantiers de mise en œuvre de production végétale et/ou un atelier en veillant à la sécurité, au matériel et aux équipements dont il assure la maintenance de base. On lui demande de s’adapter à toutes les situations. Ces jeunes seront aptes à exercer une activité dans une exploitation agricole, une coopérative d’utilisation de matériel agricole (Cuma) ou une entreprise de travaux agricoles (ETA), comme chauffeurs polyvalents. »

• Le contrat de spécialisation (CS) conduite et maintenance « permet de poursuivre cette formation des jeunes aux métiers de chauffeur d’engins agricoles, leur permettant d’acquérir plus d’autonomie pour une future embauche en ETA ou en Cuma. »
La révolution digitale touche aussi le secteur de l’agroéquipement, qui évolue vers davantage de robotisation, d’automatisation et de technicité. Cela nécessite des compétences et des qualifications plus élevées, ainsi qu’une capacité d’adaptation aux changements. Les diplômes de niveau III et plus permettent de développer ces nouvelles compétences requises sur le marché de l’emploi.

• De nombreux jeunes poursuivent leurs études vers le BTS TSMA (techniques et services en matériels agricoles) et le BTSA GDEA (génie des équipements agricoles). « Le technicien supérieur en GDEA connaît les matériels pour la culture ou l’élevage, avec des compétences scientifiques et technologiques ». Le titulaire du BTSA peut travailler chez un concessionnaire ou un constructeur de matériel (technico-commercial, démonstration des nouveaux produits…) Il peut également exercer les fonctions de gestionnaire de parc de matériel, d’inspecteur technique… Des postes de magasinier, responsable SAV, chef d’atelier ou technicien de bureau d’études sont aussi envisageables.

• Le BTSA peut être complété par une licence professionnelle ou un CQP (certificat de qualification professionnelle). Préparés en alternance pendant un an, ils mènent à un métier précis : négociateur en matériels agricoles, inspecteur pièces de rechange, support technique clientèle. « Le secteur agricole recherche des techniciens supérieurs spécialiste en automatisme, en robotique en élevage, en maintenance pour la méthanisation… la licence pro agroéquipement et écotechnologie que nous ouvrirons en septembre devrait permettre de répondre à cette demande ».

• Les diplômés de bac + 5 sont notamment appréciés des constructeurs.

La filière professionnelle, la voie de la réussite
Considérée comme une voie de garage pour élèves en perte de vitesse, la filière professionnelle permet de se spécialiser dans un métier précis dès les études secondaires. « Ce n’est pas une voie de garage! Loin de là. C’est même plutôt une voie de la réussite », s’insurge Patrice sauvage, directeur adjoint du Lycée Issat de Redon. Elle doit en effet permettre à maints candidats d’atteindre les mêmes niveaux d’études que d’autres élèves qui choisiraient un baccalauréat général. Cette formation en trois ans offre bien des avantages. C’est une voie différente, plus longue mais qui arrive au même résultat avec en prime une expérience professionnelle à mettre sur le curriculum vitae : 22 semaines de stage obligatoire sur cette période permettent aux étudiants de s’immerger dans le monde professionnel auquel ils se destinent.
Source
Onisep
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer