En bref

La nourriture «ultra-transformée» corrélée à une mortalité plus élevée

Une étude épidémiologique française, parue le 11 février dans le Journal de l’association américaine de médecine (Jama), a établi un lien statistique entre la consommation d’aliments «ultra-transformés» et une mortalité plus élevé. Des liens avaient déjà été établis entre ces aliments et la survenue de plusieurs maladies ou syndromes. Parmi les pistes d’explication de cette corrélation, les auteurs citent d’abord la présence dans ces produits de forts taux de sels (déjà identifiés comme liés à un plus fort risque de certains cancers), de forts taux de sucre ajouté ou de faibles taux de fibre (deux facteurs déjà liés à une plus forte mortalité), mais aussi le non-respect des recommandations nutritionnelles (PNNS) associé à la consommation de ces aliments.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer