Energies et environnement

Une agriculture en phase avec la demande sociétale

Les adhérents de Triskalia avaient rendez-vous avec les innovations d’agroécologie, mardi dernier. Une sorte d’université au champ pour mieux penser l’agriculture de demain.
Jean-François Appriou président de la commission Planète Positive
Jean-François Appriou, président de la commission Planète Positive

L’espace d’une journée, la ferme de Yannick Le Goff, éleveur de porc à Kergrist-Mouëlou, s’est transformée en vaste terrain d’expérimentations et d’échanges. Près de 40 ateliers et stands consacrés « aux solutions d’agroécologie et au développement durable » parsemaient la parcelle de 5 ha attenante aux bâtiments d’élevage. « C’est un véritable carrefour de l’agriculture et des attentes sociétales », résume Jean-François Appriou, président de la commission Planète Positive. Et d’expliquer « qu’aujourd’hui, on part de la fourchette à la fourche ; et non plus l’inverse. Car nous sommes dans un marché tirant et non plus poussant ».

Accompagner les adhérents

Mardi, le succès des ateliers sur le bio et sur le binage mécanique constituait un bon baromètre pour mesurer les préoccupations qui émergent actuellement sur le terrain. Les nouvelles attentes de la société conduisent, par exemple, les agriculteurs à s’informer sur les matériels de plus en plus performants susceptibles de les accompagner dans l’évolution de leurs pratiques. « La coopérative affiche sa volonté d’évoluer en permanence et d’accompagner ses adhérents. Notre vocation est de bien nourrir les plantes et de bien nourrir les animaux, pour bien nourrir les hommes », explique Georges Galardon, président de Triskalia. Et de souligner que « la diminution des intrants s’inscrit dans le double objectif, de répondre à une demande sociétale qui va dans ce sens, et de maîtrise des coûts de production par les agriculteurs ».

D’accord de payer plus

Ce chantier « du faire mieux avec moins » entamé de longue date porte déjà ses fruits : – 36 % de nitrates dans les eaux bretonnes en 20 ans ; – 41,5 % d’antibiotiques en 5 ans, etc. Il paraît même que le consommateur est prêt à payer 10 % plus cher pour plus de sécurité des aliments, pour un respect de l’environnement, pour un produit régional, etc. (source Crédoc-Ipsos). L’agriculteur ne demande qu’à croire. En bon Saint-Thomas, il attend de voir cette intention se répercuter sur les prix. Dans la parcelle de Kergrist-Mouëlou, c’était aussi cela qui transpirait des échanges : « Nous avons fait des efforts, nous sommes prêts à en faire encore, mais il faut une rémunération en face ». Le renouvellement des générations est à ce prix. Un sujet qui était aussi au cœur de Planète Positive qui se projette dans l’avenir.

Les enfants punis
Quelque 500 écoliers étaient invités à découvrir l’agriculture bretonne « dans sa plus grande diversité » au travers de Planète Positive. Mais l’inspecteur de l’académie de Rennes en a décidé autrement sous la pression de quelques parents opposés à cette découverte. « Des parents d’élève et des agriculteurs ont été très touchés par cette annulation », explique Rémi Fraval, agriculteur et administrateur local de la coopérative. Et de se féliciter de l’initiative prise par ces derniers : «Ils nous ont demandé de mettre le site à disposition le mercredi pour montrer toutes les agricultures possibles aux enfants. Pour organiser cette visite en marge du salon, parents et agriculteurs ont organisé du porte-à-porte. Les enfants étaient ravis de venir ».
Mots-clés
Bouton retour en haut de la page
Fermer