CulturesTop

Mauvaises herbes, la lutte s’organise

Le maïs supporte peu la concurrence. Plusieurs solutions existent pour réussir le désherbage, à condition d’adapter les programmes à la flore présente. Afin de définir une bonne stratégie de maîtrise des mauvaises herbes, il est primordial de bien reconnaître les espèces présentes dans vos parcelles.

Les semis de maïs vont démarrer dans les jours à venir. Avant d’implanter la culture et d’opter pour une stratégie de désherbage, il est important de rappeler que les pratiques agronomiques peuvent constituer un bon premier désherbage. En effet, l’allongement des rotations, les faux semis ou encore la couverture permanente des sols permettent de diminuer la pression des adventices. Ensuite, dans le choix des produits il faut privilégier autant que possible l’alternance des matières actives pour éviter de créer des résistances. La gestion des vivaces doit se faire en priorité en inter-cultures afin de diminuer leur présence.

Une flore en évolution

La flore évolue. Les adventices d’hier ne sont pas celles d’aujourd’hui ni celles de demain. La bonne connaissance des plantes indésirables par parcelle est primordiale afin de choisir les solutions adaptées. Parmi les dicotylédones les plus difficiles figurent entre autres les véroniques, les renouées, le fumeterre, la pensée, la mercuriale. Pour les graminées, les panics, sétaires et digitaires sont les plus compliquées à contrôler. Les rumex, liserons, laiterons ainsi que le lychnis et le chiendent sont les vivaces le plus souvent rencontrées.

Adapter la stratégie

Plusieurs stratégies de désherbage peuvent être envisagées : mécanique, chimique ou mixte.
Pour désherber mécaniquement, un premier passage à la herse étrille est à réaliser dans les 3-4 jours maximum après le semis. Il faut surveiller l’évolution de la germination pour éviter de casser les germes. Un second passage sera effectué au stade 3-4 feuilles . Il faut intervenir par temps sec et sur des adventices au stade cotylédons. Ensuite un ou deux binages viendront compléter le désherbage.

En désherbage chimique, les applications de post semis-prélevée sont les solutions les plus efficaces. Elles sont fortement recommandées en présence de véroniques et graminées estivales. Plus son positionnement sera proche du semis, plus le résultat sera bon.

La post-levée précoce est une solution intermédiaire entre la pré-levée et la post levée, elle associe des produits à action racinaire et des produits foliaires. Cette solution apporte donc une certaine persistance et permet fréquemment de n’effectuer qu’un seul passage. La réussite de la post-levée précoce nécessite de passer au bon moment en fonction de la dynamique de levée du maïs et des adventices.

En l’absence de graminées estivales et de véroniques, on peut envisager de désherber tout en post-levée, à partir de 4 à 5 feuilles du maïs. Les produits foliaires utilisés s’appliquent sur des mauvaises herbes jeunes. Plus elles sont jeunes, plus elles sont faciles à détruire, on peut donc moduler les doses. Un rattrapage, toujours sur adventices jeunes et à dose modulée, n’est pas à exclure pour contrôler les relevées.

Saurez-vous reconnaître ces quelques plantules ?

Réponses : 1- Renouée des oiseaux 2- Véronique de perse 3- Renouée liseron 4- Laiteron
5- Fumeterre 6- Pensée des champs.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer