Élevage

Des toitures décalées en grande largeur

Pour abriter son cheptel grandissant, Philippe Réty, à Ploërdut (56), a accolé un nouveau bâtiment à sa stabulation qui a aussi été allongée. Des toitures et entrées d’air décalées permettent l’aération sur une largeur totale de 36 m.

Quand Philippe Réty a construit sa première stabulation en 2002, il a choisi un terrain plat et dégagé, mais encaissé, tout proche d’une haute butte située du côté des vents dominants. « Pour un bâtiment de 43 m sur 20 m qui abritait 40 vaches à l’époque, il n’y avait pas de souci de ventilation. D’autant plus qu’il était ouvert sur une longueur », note l’éleveur qui gère désormais un troupeau d’une centaine de laitières, épaulé par un salarié (avec une SAU de 85 ha).

« J’ai agrandi la stabulation en longueur jusqu’à 68 m, toujours en gardant 3 rangées de logettes, et j’ai accolé un autre bâtiment de 33 m sur 16 m qui abrite les taries et des box de vêlage. Je voulais un seul couloir d’alimentation permettant de distribuer des deux côtés, plus pratique et économique en maçonnerie. Ce dernier mesure 6 m de large. »

Des solutions économiques

Pour limiter les problèmes de ventilation, la toiture du plus petit bâtiment s’insère sous l’autre, provoquant une entrée d’air. Et son long-pan, orienté est, est ouvert en partie haute, sans bardage. Une solution économique qui apporte lumière et air. Les deux bi-pentes sont en faîtage décalé. « La circulation de l’air se fait aussi via les grandes ouvertures des deux côtés de la stabulation », précise Dominique Le Ruyet, conseiller bâtiment Chambre d’agriculture et animateur au GIE Elevages de Bretagne.

« Cela fonctionne, je n’ai pas trop de soucis de mammites, de condensation, les vaches ont le poil sec… », précise l’éleveur qui voudrait toutefois améliorer encore la ventilation. « Il fait parfois un peu trop chaud dans le bâtiment. Je vais peut-être mettre un rideau électrique sur la longueur dans le fond du bâtiment ou ouvrir le bardage… » Quelques planches entières ont déjà été ôtées pour apporter plus d’air et de la clarté. Une solution transitoire qui a montré l’intérêt de travailler ce point.

« Des portails en bardage qui s’ouvriraient en dehors des intempéries pourraient par ailleurs être installés. Mettre des bardages sur les pignons est une autre piste », ajoute Dominique Le Ruyet. La pente de 1 % du bâtiment et le raclage automatique contribuent aussi à la réduction d’humidité. « Je vais augmenter la fréquence de passage des deux racleurs (toutes les 3 heures, plutôt que toutes les 4 heures) », continue l’éleveur. Selon Dominique Le Ruyet, avoir une pente de bâtiment de 1,5 % au moins est opportun. « Une rigole centrale dans un couloir d’exercice en V raclé est aussi intéressant. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer