FinistèrePolitique et Syndicalisme

La plainte contre les laiteries est relancée

Des représentants de la Confédération paysanne du Finistère se sont rendus la semaine dernière devant la cité judiciaire de Quimper. La raison : la série de plaintes déposées en novembre 2016, contre des laiteries du département. La situation des fermes laitières se tend et la récente diffusion d’une émission de télévision n’a fait qu’attiser les braises.

« Nous sommes assaillis de coups de fil. Les producteurs dénoncent les filiales qui cachent les bénéfices engendrés par le lait. Nous sommes payés sur la base du prix beurre/poudre, or ces filiales travaillent nos produits », dénoncent Vincent Pennober, au sortir d’une entrevue avec Thierry Lescouarc’h, procureur de la République. Ce qui agace aussi le syndicat, reste le fait « qu’il est pratiquement impossible pour un producteur de changer d’acheteur ».  Satisfait, les responsables expliquent que le procureur les a entendus, la plainte est donc relancée.

Les stocks se dégradent

Joël Kerglonou rappelle que le stock de poudre de lait s’élève à « 400 000 t. Ces stocks commencent à se dégrader. Des propositions ont été faites pour l’écouler au fil de l’eau, 18 000 t ont été vendues en janvier. Aujourd’hui, il n’y a plus d’acheteurs ». Pour le syndicaliste, il serait « amoral de la destiner à l’aide alimentaire, de par sa mauvaise qualité. Il est également hors de question de détruire ces stocks : pourquoi produire pour détruire ? », se questionne-t-il. Une solution passerait par « l’incorporation de cette poudre dans l’alimentation des monogastriques ».

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer