Cultures

Colzas et céréales : piloter l’azote au plus juste

Le pilotage de la fertilisation azotée vise à adapter la dose au fur et à mesure de l’évolution de la culture. L’utilisation des outils d’aide à la décision, type Fertitech, permet une amélioration de la marge culture, de la qualité en protéine, tout en s’inscrivant dans une démarche environnementale. En 2017 à Triskalia,
15 000 ha ont bénéficié de ces services.

Aujourd’hui, il est possible d’ajuster au mieux les besoins des céréales et colzas grâce à de nombreux outils d’aide à la décision, dits de pilotage. Que ce soient des méthodes « mécaniques » ou liées à de l’imagerie satellite, les mesures obtenues permettent d’adapter la dose d’azote au plus juste des besoins de la plante (gain économique, protection de l’environnement). Triskalia propose des outils au service du pilotage au plus juste des cultures, déclinés dans une offre « Fertitech ».

Services Fertitech
L’offre « Fertitech », proposée par Triskalia, est un ensemble de services permettant d’adapter la dose d’azote au plus juste des besoins de la plante.

Colza : biomasse et drone

Pour le calcul des besoins en azote en sortie d’hiver, l’ensemble des outils utilisent le principe de la « réglette » colza Terres Inovia. La première solution consiste à réaliser une pesée de biomasse de colza sur 1 m2. Cette mesure est réalisée de façon manuelle en entrée et/ou sortie d’hiver avant la reprise de végétation. Elle doit se faire sur une zone homogène et représentative de la parcelle. Suite à la pesée obtenue, on accède aux résultats en ligne sur le site de Terres Inovia. L’inconvénient de la technique reste la représentativité de l’échantillon par rapport à la parcelle.

La seconde solution proposée par Triskalia, « FertiDrone », permet une mesure de la biomasse de l’ensemble de la parcelle. La mesure est faite par le survol de cette dernière grâce à un drone dans la même période que la pesée de colza (entrée ou sortie d’hiver). Les avantages de cette méthode sont une mesure de biomasse sur l’ensemble de la parcelle ainsi qu’une rapidité et simplicité de mise en œuvre.

Plusieurs solutions en céréales

Drones, pince N’Tester, satellite… plusieurs solutions existent pour ajuster au mieux les besoins azotés. Comme en colza, Fertidrone a pour objectif d’estimer le besoin des céréales à partir de la biomasse. Pour le blé, Fertidrone permet de moduler la dose du « deuxième apport » (autour du stade épi 1 cm). À partir du développement végétatif du blé, ainsi mesuré, une carte de zonage ou de modulation est éditée afin d’homogénéiser la biomasse de la parcelle. Ensuite, autour du stade dernière feuille, un deuxième vol de drone permet d’ajuster la dose d’azote par rapport à celle estimée du plan de fumure et de la moduler ensuite.

Pour l’orge et le triticale, il est possible de piloter et moduler le dernier apport d’azote.

Fertisat, quant à lui, est utilisable pour le blé, l’orge et le triticale du deuxième au troisième apport d’azote. La technique utilisée pour le passage épi 1 cm est la mesure de biomasse permettant d’homogénéiser la culture de céréale choisie. En plus, ces mesures sont complétées d’un réseau « d’étalons » représentatifs sur l’ensemble de notre territoire. Ensuite, pour le dernier apport, Fertisat mesure l’activité chlorophyllienne afin d’ajuster la dose à apporter et donc optimiser le potentiel de la parcelle. Pour les deux passages, il est possible de réaliser une modulation intraparcellaire afin d’être plus juste encore dans le pilotage de la fertilisation.

Enfin, la pince N’Tester est un outil de pilotage utilisable entre 2 nœuds et gonflement. La pince s’utilise sur blé avec un feuillage sec. Le principe est de pincer 30 feuilles sur des zones homogènes de la parcelle. Ceci permet de mesurer la teneur en chlorophylle. La valeur qui en ressort permet, en se connectant sur le site de Yara, d’avoir la valeur azotée à apporter en fonction du stade et l’objectif (rendement ou protéine). L’avantage de l’outil est sa facilité de mise en œuvre, l’inconvénient étant sa fiabilité en matière d’échantillonnage des feuilles pincées.

Plus 4,7 q en blé et 100 € en colza

Pour les outils Fertisat et FertiDrone, la modulation des apports d’azote améliore la performance économique de la culture suivie. Ainsi par exemple en colza, le bénéfice du pilotage azoté est en moyenne de 100 €. Sur céréales, le pilotage et la modulation ont permis d’améliorer le rendement et la qualité. Les essais en blé de 2015-2016 réalisés par Triskalia ont permis d’évaluer un gain de 4,7 quintaux en moyenne et un point supplémentaire de protéines.

Pour les agriculteurs non équipés souhaitant réaliser de la modulation, la coopérative propose de les mettre en relation avec des entrepreneurs agricoles proposant ce service. Enfin, en plus des outils de pilotage Fertitech, Triskalia propose Be Api qui permet d’affiner la fertilisation en prenant en compte la fertilité et le potentiel des sols en s’appuyant sur l’agriculture de précision.

plan-action-proteine

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer