Campagne en scène

Le cerf et le maïs

Sortant de la brume au crépuscule, un cerf surgit soudain, aux aguets. L’intrus a bien essayé de faire oublier sa présence. Mais l’ensilage de ces derniers jours, ne lui permet plus de passer incognito. Ses bois, labourant la terre à grands coups d’andouillers, l’ont trahi. Il vient viander les jeunes graminées qui repoussent entre les cannes de maïs. Il accumule ainsi ses dernières réserves, se préparant au rut.

Un flash de couleur que les chamanes mexicains, du peuple Huichole, attendent tous les ans. L’apparition de ce cerf dans leurs rêves lance un ancien culte mythologique, qui s’étale de la moisson de maïs début octobre à la période des semailles en mai. Ce sont les derniers Indiens adorateurs de peyotl, un cactus hallucinogène, qui proviendrait de la poudre des bois d’un cerf, l’animal étant lui-même né dans un bol sacré de maïs… Peyotl-cerf-maïs, trois éléments sacrés autochtones. Une trilogie qu’ils vénèrent. Une Sainte Trinité à la mode aztèque. Dans la culture de ce peuple chasseur-agriculteur, un parallèle entre la croissance du jeune faon et celle du maïs rythme la saison des pluies.

Un peu plus près de nous, on retrouve cette même image avec le dieu gaulois Cernunnos, mi-homme mi-daguet. Il incarne le cycle biologique de la nature, reflétant la vie et la mort, la germination et la récolte, à l’image de ce cervidé et de sa ramure qu’il perd en hiver pour la retrouver au printemps.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer