Economie, marchés et gestion

Porc, poker menteur et connivence : le cours français ou l’anomalie européenne

Alors que se sont ouverts depuis une semaine les premiers ateliers des Etats Généraux de l’Alimentation qui visent entre autres à parler de répartition de valeur et de qualité des produits agricoles français, la filière porcine française se distingue par une conduite “suicidaire et destructrice de valeur”.

Communiqué FNP du 8 septembre 2017.

Au printemps dernier, la FNP avait pris acte avec optimisme de la reprise par le principal groupe coopératif français des activités de charcuterie salaison de la Financière Turenne Lafayette, espérant que cela permettrait de valoriser la production porcine française. Quelques mois plus tard, force est de constater que la cotation française est totalement décrochée des autres places européennes, et ceux qui donnaient des leçons hier sur la nécessité de coller au marché européen, sont les premiers à en sortir.

Aujourd’hui, du Porc Français est bradé par les industriels et part vers l’Italie sans prix défini à l’avance. A la place, les outils français tournent à grands renforts d’importations ! Nous déplorons le syndrome de double personnalité des opérateurs qui parlent de s’appuyer sur le Porc Français mais n’hésitent pas à travestir leurs engagements. Ce petit jeu lié aux guerres intestines de concurrence qu’ils se livrent et à la pression sur les prix exercée par la grande distribution ne peut plus durer !

Continuons ainsi et les opérateurs étrangers seront sans nul doute les grands gagnants des Etats  Généraux de l’Alimentation français. Le pire est que nos opérateurs semblent se satisfaire de la médiocrité dans laquelle nous sommes embourbés. Et ce sont encore et toujours les éleveurs français qui paieront cash la note, en produisant toujours mieux pour répondre aux attentes sociétales mais en étant payés toujours moins cher. Hors de question !

Nous attendons du SPACE qui s’ouvre la semaine prochaine des discussions constructives et un retour à la raison des opérateurs de la filière porcine française. Faute de sursaut collectif, nous retournerons sur  le terrain faire un état des lieux de la mise en avant du Porc Français auprès du consommateur et n’hésiterons pas à créer l’électrochoc en dénonçant publiquement les bluffeurs.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer